traduction du site en :

Commentaires récents

Evénements

Décembre  2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
   
  1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31  

activité physique

Page 7 sur 8« Première page45678

L’obésité abdominale n’est pas une fatalité. La pratique de certains sports d’endurance permet d’obtenir de bons résultats.

Bidon, brioche, durillon de comptoir, bouée ou bedaine… Autant d’appellations pour une même réalité qui en complexe plus d’un. Outre son aspect inesthétique, l’obésité abdominale augmente les risques cardiovasculaires et même celui… de développer un asthme. Autant de bonnes raisons pour vous en affranchir. Surtout qu’elle n’a rien d’une fatalité.

Voici quelques conseils pour vous en débarrasser.

« La bedaine est la combinaison de deux réalités » nous explique le Dr Marc Bouvard, directeur du Centre de biologie et médecine du sport de Pau. « D’un côté, le relâchement des muscles abdominaux et de l’autre, une accumulation localisée de graisses. Ces dernières sont en fait le résultat d’un seul et même comportement : la sédentarité. »

Heureusement précise le spécialiste, « cela n’a rien d’une fatalité. La pratique d’exercices physiques permet de dégonfler la bouée ! » Misez alors sur le cardio ! En courant, en pédalant ou en nageant, surtout de façon prolongée, vous puiserez dans vos réserves de graisses. Selon le Dr Bouvard, « pas moins de trois séances hebdomadaires sont essentielles pour obtenir des résultats ».

Alors, quelle activité privilégier pour perdre du ventre ? Tout dépendra en fait de vos goûts. Marche rapide, course à pied, natation ou vélo, c’est à vous de choisir.

Bon à savoir, pour un résultat équivalent, le temps d’activité ne sera pas le même selon l’activité. La marche rapide ou le jogging par exemple se révélera efficace au bout de 45 minutes.

A vélo, vous devrez pédaler 1 heure 30 pour obtenir le même résultat. Et si vous choisissez la piscine, des séances d’une vingtaine de minutes suffiront.

C’est une des raisons pour lesquelles, nous demandons aux patients du réseau de marcher 30 à 45 minutes tous les jours en une seule fois (chacun à son rythme).

Articles en rapport

Les mauvaises habitudes alimentaires se répandent parmi les 15-25 ans, souligne une enquête Ipsos commandée par la société conseil dans le domaine social Doing Good Doing Well. Et le danger est réel : près d’un jeune sur cinq (19%) est en surpoids ou obèse, soit près de 2 millions de jeunes Français. En 1995, seuls 8% étaient concernés.

Pire, parmi ces 19%, trois sur dix n’en n’ont pas conscience puisqu’ils s’estiment minces ou de corpulence normale.

Voici une liste non exhaustive des mauvaises habitudes alimentaires incriminées dans l’obésité des jeunes :

Ils grignotent. Plus d’un jeune sur trois reconnaît qu’en cas de stress, il lui arrive de grignoter toute la journée. Et lorsqu’un jeune grignote, il est rare qu’il mange une pomme, préférant par exemple les barres chocolatées.

Ils ne respectent pas la règle des cinq fruits et légumes. Le slogan est connu mais peu pratiqué. 38% seulement déclarent consommer quotidiennement à la fois des fruits et des légumes.

Ils négligent la qualité. L’alimentation n’est pas un poste de dépenses prioritaire chez les jeunes : plus d’un sur quatre est prêt à sacrifier la qualité et la quantité de son alimentation au profit de son habillement (31%) ou de la téléphonie mobile (25%).

Ils désacralisent les repas. 54% des jeunes disent ne pas manger à heure fixe au moins un repas sur deux. Ils consacrent par ailleurs peu de temps à leurs repas : 9 minutes pour le petit-déjeuner, 24 minutes pour le déjeuner, 27 minutes pour le dîner. Or manger trop vite, c’est l’assurance d’une digestion compliquée et d’un retour de la faim plus précoce.

• …ou ne mangent tout simplement pas. 48% « zappent » carrément le petit-déjeuner au moins un matin sur deux. A chaque écart, l’organisme se dérègle et modifie les sensations de satiété. Par ailleurs, la vie professionnelle contraint fréquemment 59% des jeunes à déjeuner sur le pouce et, pour 32% d’entre eux, à sauter la pause déjeuner.

Ils évitent de trop bouger. La sédentarité aggrave les risques de surpoids et d’obésité: plus d’un jeune sur trois déclare ne pas faire de sport (38%). Cette tendance se renforce parmi les classes les plus défavorisées : 47% des jeunes issus de foyers modestes ne font pas du tout de sport, contre seulement 27% parmi les enfants de familles plus aisées.

Ils peuvent bouder l’eau. 23% boivent « souvent » des sodas pendant les repas contre seulement un sur six qui dit boire « très souvent » de l’eau. Problème : une canette de Coca-Cola contient par exemple l’équivalent de six à sept morceaux de sucre.

Ils mangent devant un écran. 61% des jeunes âgés de 15 à 25 ans mangent leur repas devant un écran, au moins une fois sur deux. Pas idéal pour faire attention à la qualité et à la quantité de ce qu’on ingère.

Cette étude confirme par ailleurs une donnée déjà identifiée en France et à l’étranger : plus on est pauvre, plus on risque d’être obèse ou de le devenir. Dans les familles aisées (revenu net mensuel supérieur à 3.000 euros), seul un enfant sur dix est en surpoids ou obèse. En revanche, ils sont un sur quatre dans les familles les plus modestes (revenu net mensuel inférieur à 1.250 euros).

Enquête Ipsos commandée par la société conseil dans le domaine social Doing Good Doing Well et réalisée 15 au 25 septembre 2012 auprès d’un échantillon représentatif de 1.000 jeunes âgés de 15 à 25 ans, interrogés via l’Access Panel Online d’Ipsos. Méthode des quotas.

Articles en rapport

Une étude britannique publiée dans la revue Archives of Disease in Childhood, montre que les jeunes passent plus de temps à regarder la télévision que sur les bancs de l’école. Conséquence : plus d’obésité, de diabète mais aussi de troubles de l’attention.

Pour Aric Sigmann, l’auteur de l’étude, il est urgent de s’intéresser de très près au temps passé par les enfants devant des écrans, compte tenu des impacts sur la santé recensés dans de très nombreux travaux. D’après ce médecin anglais, psychologue et spécialiste de la santé des enfants, avant l’âge de 10 ans, un petit Anglais accède à au moins cinq types d’écran différents: la télévision, bien sûr, mais également un ordinateur, une console de jeu, une tablette ou encore un téléphone portable. “Un enfant né aujourd’hui aura passé, à l’âge de 7 ans, l’équivalent d’une année pleine, jour et nuit, à scruter un écran”, précise ainsi le scientifique. Il faut compter trois années pleines pour un jeune soufflant ses dix-huit bougies.

Articles en rapport

Aux Etats-Unis, 35 % des adultes sont obèses. A ce rythme, en 2030, près de 57 % des Texans seront obèses avec toutes conséquences nuisibles pour la santé, car cela pourrait se traduire par des millions de diabétiques, des centaines de milliers de cas de cancer ou de problèmes cardiaques.

Au plan santé, en 2008, cette situation a coûté plus de 147 milliards de dollars à l’Etat américain. Le problème n’épargne pas les enfants américains puisqu’un tiers accuse du surpoids.

« Let’s Move »

Pour combattre cette épidémie, la première dame des Etats-Unis, Michèle Obama, a lancé un mouvement intitulé « Let’s Move » – c’est-à-dire « Allez, on bouge » – qui se donne entre autres buts d’offrir de meilleurs repas dans les cantines scolaires.

Articles en rapport

L’ association pour la prévention de l’obésité chez les animaux domestiques a estimé que plus de la moitié des chiens et des chats américains souffrirait de surpoids.

Pire, 20% d’entre eux souffriraient d’obésité.

S’il est peu probable que ces pauvres bêtes mangent trop de fast-food, les vétérinaires pointent en revanche l’attitude de leur propriétaire du doigt.

« La sédentarité de l’homme moderne et celle de ses compagnons vont de pair. L’humain montre son affection envers son animal en le nourrissant et se déculpabilise de le laisser seul toute la journée de la même manière », explique notamment Yves Tarte, vétérinaire. En gros, ne cédez pas à la tentation en donnant à manger à votre animal si ce dernier fait sa mine triste. « Le chien a un instinct de préservation, alors il se dit: ‘Nourris-toi aujourd’hui, car demain tu n’auras peut-être pas de quoi manger' », informe le spécialiste.

Si le surpoids et l’obésité sont un problème du point de vue esthétique, ils peuvent également être déclencheurs de nombreuses pathologies telles l’arthrite, les maladies cardiaques, les cancers voire le diabète.

Vous ignorez si votre animal se trouve en surpoids ou non ? Il existe un moyen simple de le vérifier. En effet, si en passant la main sur les côtes de votre fidèle compagnon vous ne les sentez pas, c’est qu’il faut le mettre au régime ou reprendre les sorties quotidiennes et que celles ci durent plus longtemps ……

Articles en rapport

Bonjour à tous les participant du réseau ROSA, voici donc le théme sportif que je vous propose pour ce moi-ci et que je vous invite à respecter rigoureusement.

Sachant que dans votre classeur de soin, il vous est demandé de favoriser les escaliers plutôt que les ascenseurs, je vous demande pour ce mois d’octobre non seulement de prendre tous les escaliers que vous trouverai sur vos parcours durant vos journée, mais aussi d’emprunter au moins une fois, tous les escaliers que vous aurez en visuel, n’importe où et n’importe quand.

J’anticipe déjà sur les contradicteurs qui auront peur du ridicule lorsqu’ils devront monter et descendre un escalier dans la rue, sans autre but que le défi sportif.

Et bien à ceux-là je leur réponds que : d’un,  » le ridicule n’a jamais tué personne et que c’est leur santé qui est en jeu » et que deux,  » feindre une erreur de parcours lorsque l’on cherche son chemin dans la rue, n’est pas si difficile ».

J’espère que chacun d’entre vous sera le plus assidu et consciencieux possible.

Amitié sportive, Nicolas.

Et n’oubliez pas que votre santé passe avant tout.

 

Articles en rapport

  • Pas d'article en relation

A partir du lundi 19 novembre 2012, le réseau Obésité Méditerranée, branche bitérroise du réseau ROSA, ouvre 2 créneaux horaires supplémentaires de cours collectifs de gym :

  • le lundi soir de 19 h 30 à 21 h 30
  • le dimanche matin de 9 h à 11 h

Ces cours auront lieu au Lionel Club, Rue Antoine Fabre à Béziers.

Le Lionel Club est situé juste en face de la médiathèque.

Les personnes intéressées par ces nouveaux créneaux horaires sont priées de contacter le coach sportif Nicolas Paba Campi au 06 83 33 05 85.

Sportivement votre ….

Articles en rapport

 

L’activité physique et sportive (APS) médicalement prescrite et donc remboursée pourrait devenir une alternative aux médicaments et, à terme, un remède au déficit de la sécurité sociale, ont affirmé différents experts lors d’un colloque mardi 18 Septembre 2012 à Paris.

Responsable d’un décès sur dix dans le monde, selon une étude de la revue médicale britannique Lancet, le manque d’activité est mécaniquement à l’origine de diverses pathologies ruineuses pour les caisses de santé : maladies cardiovasculaires, troubles liés à l’obésité, certains types de cancers, etc. Partant de ce constat, une entreprise dédiée au sport-santé, l’Imaps, a chiffré le bénéfice d’une politique structurée de prescription du sport. Financer à hauteur de 150 euros par an une APS adaptée pour soigner les pathologies de 10% des patients en affection de longue durée (ALD), permettrait à la sécurité sociale d’économiser 56,2 millions d’euros par an.

« C’est largement prouvé. Le sport fonctionne comme un effet dose. Quand il y a surentraînement, on est dans des pathologies de surutilisation mais quand il n’y a pas d’activité, il y a les risques de la sédentarité, responsable de 15% des décès », a-t-elle rappelé en ouverture du colloque.

Dans la cadre des journées annuelles sport-santé, chaque fédération du Comité national olympique et sportif (CNOSF), « établira les caractéristiques et bénéfices de chaque discipline pour établir un Vidal des disciplines sportives », a expliqué le président de la commission médicale du CNOSF et ancien ministre des Sports, Alain Calma (par ailleurs ancien chirurgien).

Quatre groupes de travail multi-partites ont été constitués: sport et cancer, obésité, maladies cardio-vasculaires, vieillissement.

Articles en rapport

Ne pas fumer, boire avec modération, faire de l’exercice physique, entretenir une vie sociale riche ; les bénéfices d’une hygiène de vie saine sur la santé et la longévité ont été largement démontrés. Seule persistait une inconnue chez les sujets plus âgés. Est-il toujours légitime d’insister sur ces sacro-saintes recommandations chez des sujets vaillants qui, après tout, ont traversé des décennies sans grand ambage ?

 

La réponse est oui, elle nous vient de Suède, d’après une étude chez 1 810 adultes âgés de plus de 75 ans suivis pendant 18 ans. Les bénéfices sur la longévité sont conséquents. La cohorte du Kungsholmen project nous révèle ainsi qu’avec un profil dit à « risque faible » (mode de vie sain, pratique d’au moins une activité, réseau social riche), les femmes peuvent espérer vivre 5 ans de plus, et les hommes 6 ans par rapport à ceux ayant un profil dit à « risque élevé ».

 

Au cours des 18 années d’étude, la moitié des participants a franchi la barre des 90 ans. Sans surprise, les survivants étaient plus facilement des femmes, à haut niveau d’éducation, ayant de bonnes règles d’hygiène de vie, un réseau social riche et pratiquant plusieurs activités.

 

Les bénéfices les plus grands semblent provenir de la pratique d’une activité, et en particulier d’une activité physique, puisque les seniors sportifs gagnaient en moyenne deux années de vie par rapport aux sédentaires.

Articles en rapport

Bonjour à tous les participants du réseau.

La rentrée scolaire est une bonne période pour se lancer de nouveaux défis.

En effet, à partir de ce mois-ci et à chaque début de mois dorénavant, un théme d’activité physique quotidienne vous sera proposé.

Ces thèmes, sont mis en place afin que vous puissiez tout au long de vos journnées et de votre semaine vous fixer de petits objectifs ludico-sportifs ayant pour but de faire un peu plus d’exercice que d’habitude.

Pour le mois de Septembre, le thème proposé (et fortement conseillé) est le suivant:

Je dois impérativement me garer avec ma voiture et pour chaque trajet, à plus de 20 mètres de ma destination d’arrivée.

exemple: je me gare au bout du parking de la grande surface dans laquelle je fais mes courses !

En vous souhaitant à tous de reprendre le sport au plus vite, amitié sportive Nicolas.

Articles en rapport

  • Pas d'article en relation
Page 7 sur 8« Première page45678