traduction du site en :

Evénements

Décembre  2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
   
  1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31  

Dr Patrick BUENOS

Page 1 sur 8312345102030Dernière page »

Le prochain groupe de parole aura lieu le jeudi 04 octobre 2018 à 19h à la cafétéria de la clinique CHAMPEAU (2°étage).

Il sera question des fistules après Sleeve gastrectomy.

De 2013 à 2018, une douzaine de patients opérés de Sleeve gastrectomy sous coelio au sein du réseau ROSA ont eu une fistule gastrique. Cela représente environ 5% des patients opérés de Sleeve au sein du réseau ROSA.

Les patients du réseau ROSA qui ont eu des fistules dans les suites de leur Sleeve gastrectomy seront invités à témoigner et à répondre à vos questions.

La 2°partie de la réunion abordera les nouveautés au niveau de la compression et de l’activité physique.

Un médecin et une psychologue souhaitent intégrer le réseau en proposant des réunions de groupe autour de la sexualité chez la personne obèse qui maigrit.

La 3° partie sera l’occasion d’aborder toutes les questions qui vous tiennent à coeur et de prendre connaissance et de découvrir les projets de l’association « les amis de ROSA ».

On vous attend nombreux, reposés, bronzés et de bonne humeur pour ce premier groupe de parole de la rentrée.

Si vous pensez pouvoir venir, merci de m’envoyer un sms au 0678518941, afin que nous puissions nous organiser pour mieux vous accueillir.

Dr BUENOS

Articles en rapport

  • Pas d'article en relation

La marche de ROSA 2018 aura lieu le dimanche 20 mai 2018 à 10h.

Cette année, nous testons un nouveau parcours.

Rendez vous à 9h30 au parking du lac de Salagou (sortie Lodève).

Réservez votre matinée ….

Dr Patrick BUENOS

Articles en rapport

  • Pas d'article en relation

Groupe de parole sur « activité physique et obésité » lundi 29 janvier à 19h à la cafétéria de la clinique CHAMPEAU (2°étage).

Programme :

  • Mise en place de la fiche d’évaluation morphométrique : la nouvelle carte d’identité évolutive de l’obèse pris en charge au sein du réseau ROSA.
  • Présentation d’Alexandre THOMAS (stagiaire sport) et des différents travaux qu’il va être amené à faire au sein du réseau ROSA.
  • Installation d’une appli podomètre gratuite sur votre smartphone.
  • Evaluation de votre longueur de pas.
  • Mise en place par Nicolas PABA CAMPI (coach sportif du réseau ROSA) d’un bilan d’évaluation de la forme physique à faire tous les 3 à 6 mois pour connaître sa forme physique et pouvoir constater les progrès réalisés.
  • Questions libres

Au lundi 29.

En attendant sportez vous bien….

Merci d’envoyer un sms au 0678518941 si vous comptez venir pour qu’on puisse s’organiser pour vous accueillir.

Dr BUENOS

Articles en rapport

  • Pas d'article en relation

Avec nos voeux pour une bonne année 2018, l’équipe du réseau ROSA vous joint une ordonnance de longue vie.

Dr BUENOS

Sous le terme de « noix », on désigne souvent un ensemble de fruits secs comprenant les noix de Grenoble, noisettes, amandes, pistaches, noix de pécan, noix de cajou… Les noix du Brésil et arachides qui sont des fruits de légumineuses peuvent aussi être classées dans le grand groupe des noix.

Les noix représentent des sources de vitamines, minéraux, magnésium, phosphore, fibres alimentaires et antioxydants. Elles sont une source d’acides linoléique et alpha-linoléique (ALA), deux acides gras essentiels. L’ALA (oméga-3) semble bénéfique à la santé du cœur et du cerveau.

Les bénéfices des noix sur la santé ont été prouvés à de nombreuses reprises. En voici quelques preuves récentes.

Moins de risque de maladies cardiaques et de cancers notamment

Des chercheurs de l’Imperial College de Londres et de l’université de science et de technologie de Norvège ont réalisé une méta-analyse d’études pour voir le lien entre la consommation de noix et le risque de maladies cardiovasculaires, de cancer et de mortalité. Ils ont analysé 29 études publiées dans le monde impliquant 819.000 personnes. L’étude a inclus tous les types de noix, y compris les noisettes et les arachides.

L’augmentation de 28 g / jour des apports de noix était associée à une baisse du risque de maladie coronarienne de 29 %, d’AVC de 7 %, de maladie cardiovasculaire de 21 %, de cancer de 15 %, et de mortalité de 22 %. La mortalité pour cause de maladie respiratoire était même réduite de moitié. Les résultats étaient similaires pour les cacahuètes et les noix. D’après les auteurs, si ces associations décrivent une relation de cause à effet, 4,4 millions de morts prématurées en Amérique, Europe, Asie du sud-est et Pacifique Ouest pourraient être attribuées à une consommation de noix inférieure à 20 g par jour.

D’après Dagfinn Aune, principal auteur, « Les noix et les arachides sont riches en fibres, en magnésium et en graisses polyinsaturées – nutriments qui sont bénéfiques pour la réduction des risques de maladies cardiovasculaires et qui peuvent réduire les niveaux de cholestérol. Certaines, notamment les noix et noix de pécan sont également riches en antioxydants, qui peuvent combattre le stress oxydatif et peut-être réduire le risque de cancer. Même si les noix sont très riches en matières grasses, elles sont également riches en fibres et en protéines, et il existe des preuves qui suggèrent que les noix pourraient effectivement réduire votre risque d’obésité au fil du temps. »

 

Les noix permettraient de vivre plus longtemps

En 2015, des chercheurs néerlandais ont montré que ceux qui consomment environ 10 grammes de noix et/ou d’arachides par jour ont un risque de mortalité globale ou due à des maladies spécifiques (cancer, maladies neurodégénératives, diabète…) diminué par rapport aux personnes qui n’en consomment pas.

Les chercheurs ont recueilli des informations concernant le mode de vie et les habitudes alimentaires de 120.852 hommes et femmes âgés de 55 à 69 ans. Ils ont examiné la relation entre la consommation de noix, d’arachides et beurre d’arachide chez les participants et la mortalité globale et spécifique à certaines maladies pendant les 10 ans de suivi. Les apports moyens en noix (y compris arachides) étaient de 8,1 g/jour chez les hommes et de 4,4 g/jour chez les femmes. Pour le beurre d’arachide, les apports moyens sont de 1,4 g et 1,2 g pour les hommes et les femmes respectivement.

Les résultats montrent que la consommation totale de noix (y compris les arachides) est inversement associée à la mortalité globale. Les chercheurs ont trouvé que ceux qui consommaient au moins 10 grammes de noix et d’arachides par jour avaient un risque de décès toutes maladies confondues plus faible de 23 % au cours des 10 années de suivi. Particulièrement, chez les mangeurs de noix le risque de décès par maladies neurodégénératives, maladies respiratoires et diabète est diminué de 47 %, 39 % et 30 % respectivement, par rapport à ceux qui n’en mangent pas. L’analyse séparée de la consommation de noix et arachides montre qu’elles ont chacune un effet bénéfique sur le risque de mortalité.

 

La Nutrition.fr dans La Meilleure Façon de Manger (MFM) conseille de manger 1 à 2 portions de noix et graines oléagineuses par jour, soit par exemple 8 à 16 noix. Mieux vaut les choisir non grillées, non salées.

Les noix seraient bénéfiques aussi contre Alzheimer

Des chercheurs américains expliquent dans un article paru dans Journal of Alzheimer’s Disease qu’un régime riche en noix réduirait le risque de développer les symptômes de la maladie d’Alzheimer. Dans cette étude, les chercheurs ont analysé l’effet d’une complémentation en noix de Grenoble sur un modèle de souris transgéniques qui développent la maladie d’Alzheimer. A 4 mois, les souris ont commencé à suivre un régime particulier. Certaines ont été complémentées avec 6 % ou 9 % de noix, ce qui correspondrait chez l’homme à 28 g ou 48 g par jour respectivement. Les souris ont été examinées à l’âge de 13 à 14 mois pour connaître leurs capacités d’apprentissage, leur mémoire, leur anxiété et leur activité locomotrice.

Résultats : Les souris Alzheimer qui avaient un régime sans noix montraient un déficit de la mémoire, un comportement anxieux, des problèmes d’apprentissage spatial et de coordination motrice. Les souris Alzheimer complémentées en noix avaient de meilleures capacités de mémoire, d’apprentissage, moins d’anxiété et un meilleur développement moteur que les souris Alzheimer sans noix. Les performances de comportement des souris Alzheimer qui mangeaient des noix étaient même comparables aux souris normales !

Sources

Aune D, Keum N, Giovannucci E, Fadnes LT, Boffetta P, Greenwood DC, Tonstad S, Vatten LJ, Riboli E, Norat T. Nut consumption and risk of cardiovascular disease, total cancer, all-cause and cause-specific mortality: a systematic review and dose-response meta-analysis of prospective studies. BMC Med. 2016 Dec 5;14(1):207.

van den Brandt PA, Schouten LJ. Relationship of tree nut, peanut and peanut butter intake with total and cause-specific mortality: a cohort study and meta-analysis. Int J Epidemiol. 2015 Jun 11. pii: dyv039.

Abha Chauhan, PhD et al. Dietary Supplementation of Walnuts Improves Memory Deficits and Learning Skills in Transgenic Mouse Model of Alzheimer’s Disease. Journal of Alzheimer’s Disease, Volume 42, Number 4 / 2014 DOI: 10.3233/JAD-140675

Articles en rapport

  • Pas d'article en relation

On gagne 600 grammes entre Noël et le Jour de l’An (qu’on a du mal à perdre)

Chaque année, les fêtes de fin d’année s’accompagnent de leurs lots de repas et buffets avec la famille, les amis, voire les collègues de travail. Les excès alimentaires réalisés pendant ces quelques semaines conduisent à une prise de poids qu’il faudra éliminer ensuite. Mais combien de temps faudra-t-il pour perdre les kilos pris à cette occasion ?

Au cours d’une recherche parue dans New England Journal of Medicine, Brian Wansink de l’Université Cornell et son équipe ont enregistré les changements de poids de près de 3.000 personnes aux Etats-Unis, en Allemagne et au Japon.

Dans les trois pays, le poids des participants dans les dix jours suivant Noël a augmenté par rapport aux dix jours précédant Noël. Pour Brian Wansink, tout ce qui se passe dans les 10 semaines autour de fêtes de fin d’année prend environ cinq mois à être éliminé ensuite.

Dans chaque pays, la période où le gain de poids était le plus élevé était entre Noël et le Jour de l’An : les américains prenaient 0,6 kg, les allemands 0,8 kg et les japonais 0,5 kg.

Dans la plupart des cas, seule la moitié du poids pris au moment des fêtes avait été perdu 6 mois plus tard.

Brian Wansink en conclut dans le New York Times qu’au lieu de prendre, au Nouvel An, la résolution de perdre du poids, il serait peut-être beaucoup mieux de prendre la résolution le 1er octobre, ou plus tard, de ne pas trop grossir.

Helander EE, Wansink B, Chieh A. Weight Gain over the Holidays in Three Countries. N Engl J Med. 2016 Sep 22;375(12):1200-2.

Articles en rapport

  • Pas d'article en relation

Le Centre Intégré d’Obésité Midi-Pyrénées a l’honneur de vous annoncer l’ouverture des inscriptions du :

2ème édition du MOOC « Chirurgie de l’obésité »

Coordonné par le Professeur Patrick RITZ et de son équipe de Toulouse,

Médecin nutritionniste, Coordinateur médical du CIO-MP

(Inscription gratuite)

Après le succès de la 1ère édition en septembre 2016, le Pr Patrick RITZ et son équipe ouvre une nouvelle session à partir du 9 Janvier 2018.

Pour en savoir plus sur la chirurgie de l’obésité : suivez ces cours gratuits !

Que vous soyez patient, famille de patient, soignant ou tout simplement curieux, si vous voulez en savoir plus inscrivez-vous dès maintenant à ce MOOC (Massive Open Online Courses ou formation de masse en ligne) qui s’adresse à tous !

N’hésitez pas à regarder la bande annonce de cet enseignement pour vous faire une idée de ce que vous apprendrez, en suivant ce lien : https://www.dailymotion.com/video/x4g4dru

Articles en rapport

  • Pas d'article en relation

Les personnes qui dorment moins de six heures par nuit ont plus de risque de surpoids que celles qui en dorment neuf.

« Qui dort dîne » confirme une étude récente de l’université de Leeds selon laquelle le manque de sommeil favorise la prise de poids.

Dans cette étude, 1615 adultes âgés de 19 à 65 ans, dont 57 % de femmes, ont décrit leurs habitudes de sommeil et répondu à des questionnaires alimentaires sur trois à quatre jours. L’objectif était d’analyser les associations entre la durée du sommeil, l’alimentation et des marqueurs du métabolisme chez les adultes.

Les résultats ont montré que les personnes qui dorment moins de six heures par nuit ont plus de risque de prendre du poids : elles avaient en moyenne 3 cm de tour de taille en plus que celles qui en dormaient neuf. A l’inverse, un sommeil plus long était associé à un indice de masse corporelle (IMC) plus bas et un meilleur profil métabolique.

Pourquoi un sommeil court est-il associé à l’obésité ? Une des explications avancées est que le manque de sommeil influence les choix alimentaires et pousse à préférer des aliments riches en énergie. Pourtant, cette étude n’a pas mis en évidence de lien entre un sommeil insuffisant et de mauvais choix alimentaires. Elle semble plutôt suggérer que c’est le manque de sommeil en lui-même qui favorise la prise de poids.

D’autres travaux ont montré que la durée du sommeil les jours où les gens travaillent a diminué de 37 min environ entre 2002 et 2010. Ce facteur pourrait donc jouer un rôle important dans l’épidémie de surpoids et d’obésité.

Le consensus actuel est que sept à neuf heures est ce qu’il y a de mieux pour la plupart des adultes.

Articles en rapport

  • Pas d'article en relation

La Rosa 2017 de Béziers aura lieu Dimanche 21 mai 2017.

Elle démarrera à 14h au parking de la Cameron et se terminera à 15h au quai Port Neuf.

La ROSA de Béziers est une marche d’une durée de 1 heure pendant laquelle les participants essaient de parcourir la plus longue distance.

A l’issue de la marche, un diplôme est remis à chaque participant préalablement inscrit auprès de Barbara HAYOT (vice-présidente de l’association les « amis de Rosa »). Ce diplôme fait état de la distance parcourue pendant l’heure de marche.

A dimanche …

Dr Patrick BUENOS

Articles en rapport

  • Pas d'article en relation

Nous avons calculé la perte de poids moyenne à 9 mois par rapport au poids de début de prise en charge au sein du réseau ROSA chez 92 patients opérés de sleeve gastrectomy sous coelioscopie.

La perte de poids moyenne à 9 mois de la Sleeve gastrectomy des 92 patients revus en consultation par rapport à leur poids de début de prise en charge, est de 37.9 kg.

La perte de poids la plus importante à 9 mois de la Sleeve gastrectomy des 92 patients revus en consultation par rapport à leur poids de début de prise en charge, est de 91.9 kg.

Le moins bon résultat à 9 mois de la Sleeve par rapport au poids de début de prise en charge est une perte de poids de 13.9 kg par rapport au poids de début de prise en charge au sein du réseau ROSA.

Articles en rapport

  • Pas d'article en relation

Nous avons calculé la perte de poids moyenne à 6 mois par rapport au poids de début de prise en charge au sein du réseau ROSA chez 118 patients opérés de sleeve gastrectomy sous coelioscopie.

La perte de poids moyenne à 6 mois de la Sleeve gastrectomy des 118 patients revus en consultation par rapport à leur poids de début de prise en charge, est de 34.1 kg.

La perte de poids la plus importante à 6 mois de la Sleeve gastrectomy des 118 patients revus en consultation par rapport à leur poids de début de prise en charge, est de 83.1 kg.

Le moins bon résultat à 6 mois de la Sleeve par rapport au poids de début de prise en charge est une perte de poids de 9.2 kg par rapport au poids de début de prise en charge au sein du réseau ROSA.

Articles en rapport

  • Pas d'article en relation
Page 1 sur 8312345102030Dernière page »