traduction du site en :

Evénements

Décembre  2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
   
  1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Les personnes qui dorment moins de six heures par nuit ont plus de risque de surpoids que celles qui en dorment neuf.

« Qui dort dîne » confirme une étude récente de l’université de Leeds selon laquelle le manque de sommeil favorise la prise de poids.

Dans cette étude, 1615 adultes âgés de 19 à 65 ans, dont 57 % de femmes, ont décrit leurs habitudes de sommeil et répondu à des questionnaires alimentaires sur trois à quatre jours. L’objectif était d’analyser les associations entre la durée du sommeil, l’alimentation et des marqueurs du métabolisme chez les adultes.

Les résultats ont montré que les personnes qui dorment moins de six heures par nuit ont plus de risque de prendre du poids : elles avaient en moyenne 3 cm de tour de taille en plus que celles qui en dormaient neuf. A l’inverse, un sommeil plus long était associé à un indice de masse corporelle (IMC) plus bas et un meilleur profil métabolique.

Pourquoi un sommeil court est-il associé à l’obésité ? Une des explications avancées est que le manque de sommeil influence les choix alimentaires et pousse à préférer des aliments riches en énergie. Pourtant, cette étude n’a pas mis en évidence de lien entre un sommeil insuffisant et de mauvais choix alimentaires. Elle semble plutôt suggérer que c’est le manque de sommeil en lui-même qui favorise la prise de poids.

D’autres travaux ont montré que la durée du sommeil les jours où les gens travaillent a diminué de 37 min environ entre 2002 et 2010. Ce facteur pourrait donc jouer un rôle important dans l’épidémie de surpoids et d’obésité.

Le consensus actuel est que sept à neuf heures est ce qu’il y a de mieux pour la plupart des adultes.

Articles en rapport

  • Pas d'article en relation

Laisser un commentaire