traduction du site en :

Evénements

Décembre  2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
   
  1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31  

Dr Patrick BUENOS

Extrait du livre de Denis DOUCET, « le principe du petit pingouin » :

Il y a un best-seller qui a fait fureur dans plusieurs pays récemment et dont je tiens à vous parler : Le secret, dans lequel l’auteure prétend annoncer quelque chose d’extraordinaire. En gros, cela présente l’idée que vous devez vouloir vraiment quelque chose pour que ça arrive. Une sorte d’éloge de la pensée positive, si l’on veut, avec tout plein de références historiques visant à convaincre le lecteur. Des dizaines d’autres titres ont suivi, exploitant eux aussi la popularité du mot «secret». Les gens raffolent de ce genre de chose non seulement parce qu’ils sont faciles à appâter, mais aussi parce que, inconsciemment, tout ce qui touche de près ou de loin au monde des secrets anciens les fascine.

Ce que je m’apprête à vous révéler, c’est un aussi grand secret, peut-être plus grand encore… à mes yeux, du moins. Non, ce n’est pas la pensée positive ; je ne volerais pas l’idée d’un autre auteur – surtout que je n’endosse pas le fait que la pensée positive à elle seule puisse changer une vie. Je crois en contrepartie qu’une nouvelle attitude mentale est absolument nécessaire.

Cette révélation que je veux vous livrer est toute simple, vous l’avez déjà entendue, mais vous l’avez vite oubliée parce que vous méprisez ce qui ne sort pas de la bouche de Big Mouth. Eh oui ! Vous êtes tellement contaminé et obnubilé par le rationalisme cartésien, la vision mécaniste de l’Univers et le matérialisme moderne que les choses qui ont vraiment de l’importance dans la vie vous passent sous le nez sans que vous les voyiez.

Bon, voici l’idée… Et puis, non. Laissez-moi tout d’abord vous expliquer comment j’ai compris cela. C’est au cinéma – je suis un amateur de films d’aventures et j’ai d’ailleurs fait des études cinématographiques avant ma formation de psychologue.

Presque tous les spectateurs dans les salles de cinéma vont se divertir, un point c’est tout. C’est ce que Big Mouth veut que vous fassiez, du reste. Juste vous changer les idées, sans rien changer à votre vie. Vous vous identifiez au héros le temps de la projection, vous vivez ses émotions, ses aventures, ses peines d’amour, ses angoisses. Le film se termine, on ramasse le popcorn et on oublie tout. Grave erreur! Vous ratez le meilleur.

Le secret, ce sont les grands mythes. Toutes les grandes histoires de l’humanité, auxquelles s’abreuvent les meilleurs scénaristes et romanciers, ont un point en commun : devenir le héros de sa propre vie. Simple, non ?

D’accord, je vous explique. Commençons par le début. J’ai amorcé la rédaction de cette section à partir de deux éléments. Le premier, c’est un texte que j’ai lu sur Internet et dans lequel un auteur (je ne me souviens plus de son nom, désolé) affirmait qu’il préférait la grande littérature au cinéma. À ses yeux, les héros des livres apportent, par la dimension imaginaire que crée lui-même le lecteur dans son esprit, des figures d’identification héroïques et mythiques, lui insufflant des modèles de vie inspirants. Ce même auteur reproche au cinéma, parce que l’image montrée est trop réaliste, dit-il, de rapetisser en quelque sorte ces héros au point de leur enlever tout effet significatif, comme une recette de communication qui a perdu de son impact, si on veut. Je crois que cet auteur n’a pas la bonne explication. J’en veux pour preuve que la plupart des lecteurs de romans ne voient pas plus leur vie se transformer sous l’effet de leurs lectures, pas plus que les spectateurs dans les salles de cinéma. Ce n’est donc pas le média qui est la clé.

Le second élément est le film Trésor national, mettant en vedette Nicolas Cage et produit par Walt Disney. Curieux, non ? Un fleuron du symbole de Big Mouth, une multinationale américaine, qui m’inspire une des choses les plus importantes que j’insère dans ce livre. La preuve qu’il ne faut pas être trop pessimiste et que Big Mouth présente des failles. En fait, tout ce que crée l’humain en présente… et c’est heureux. Comme ça, nous sommes à l’abri de la création d’un Big Brother planétaire, car il serait forcément truffé de failles, ce qui est fort rassurant. Voilà un bel exemple où on doit remercier le ciel que les humains sont et resteront toujours aussi imparfaits.

Bon, voici donc l’idée à nouveau : faites de votre vie une aventure qui mène à ce qui compte le plus pour vous comme dans les grands mythes anciens. Je vous l’avais bien dit que vous l’aviez sous le nez, mais que vous ne saviez pas regarder! Le secret était dans le titre de cette section que vous venez de lire il y a à peine quelques minutes.

La phrase ne vous sert à rien sans un traducteur- interprète. Vous êtes chanceux, je vais le faire pour vous. Il vous suffit de la relire en activant vos méninges un peu plus. Relisez-la ! Qu’est-ce qu’elle dit, au juste, qui puisse être transposable dans nos vies modernes ?

Cette phrase ne dit pas que vous devez devenir Hercule, Neptune, Zeus, Batman, James Bond, Harry Potter ou ce Gates dans Trésor national. Tout le monde sait que ça ne se peut pas. Alors, relisez la phrase en essayant de la décoder au deuxième degré. C’est une image de laquelle vous devez vous inspirer.

Soyons plus terre à terre. Quand un grand-père va chercher son petit-fils et l’amène à sa première partie de pêche de sa vie, cet homme vit l’un des plus beaux jours de sa vie. Ça fait des années et des années qu’il y songeait secrètement dans son garage les week-ends, quand il réparait le carburateur de sa vieille voiture ou quand il zappait les chaînes de la télé sans jamais y prêter sérieusement attention, parti dans ses rêveries, ou encore quand il voyait un autre grand-père au magasin du coin acheter une sucette à son petit-enfant. Il rêvait de ce moment. Qu’il serait plaisant de s’asseoir au bord d’un lac avec un sandwich à la main, en train de converser avec ce petit-fils ! Mais il est là, en chair et en os ! Toutefois, ce n’est pas un espoir ni un vague souhait, il est vraiment là. Le rêve s’est enfin concrétisé. C’est le plus grand bonheur de sa vie, cette journée de pêche.

Ce grand-papa a fait de sa vie une aventure qui mène à ce qui compte le plus pour lui, comme dans les grands mythes anciens. Là, vous avez compris !

Vous voyez comme c’est simple et accessible. Vous avez juste à vous rappeler les ingrédients qui doivent être réunis :

• un rêve, un vœu, un désir profond ;

• un sentiment très, très fort ;

• une quête où il y a de vrais enjeux ;

• un caractère hautement significatif à tout cela ;

• un sens de l’engagement indéfectible.

Comme le disait Warren Buffett, homme d’affaires et investisseur américain : « Pas besoin de faire des choses extraordinaires pour obtenir des résultats extraordinaires. »

Pour que votre vie ait du sens, il faut qu’elle en vaille la peine. Ce doit donc être ce que vous aimez le plus au monde, ce à quoi vous tenez le plus, ce qui occupe le plus haut rang à vos yeux dans tout ce qui vous entoure. Une personne, un rêve, un voyage extraordinaire, une quête de vérité, un projet politique, une cause, une réalisation, une œuvre, un objectif de vie ultime, une recherche, un jardin bien aménagé, regarder le paysage du haut du mont Everest, bref, les possibilités sont infinies. Mais, de grâce, ne résumez pas votre vie au « boulot-magasinage-télé- dodo » comme le souhaite Big Mouth. Ce sera un pur gaspillage, et votre corps va vous le faire payer chèrement tôt ou tard.

Ceux qui carburent à leurs plus grandes passions sont rarement malades. Et s’ils le sont, ils s’en servent pour revenir en force, ayant pris le temps de décoder ce que cet épisode cachait comme message. Ils deviennent les héros de leur propre vie.

On reproche souvent au cinéma d’être trop romancé, trop exagéré en rebondissements et de présenter des happy ends irréalistes à la façon hollywoodienne. Un roman ou un film de fiction doit présenter un récit fort, comportant de grands enjeux, où il y a des risques significatifs pour les personnages et où rien n’est gagné d’avance. C’est votre façon de réduire l’histoire à un simple produit de consommation qui tue et enlève les pouvoirs de transformation qu’elle pourrait avoir sur votre vie. C’est votre aveuglement et votre sens acquis de l’obéissance à Big Mouth qui posent des problèmes.

Si vous y mettiez un peu plus d’efforts pour réfléchir et méditer sur le sens profond de telle ou telle histoire, vous feriez parfois des prises de conscience et auriez des impulsions très vivifiantes et d’un effet magique indiscutable à la longue. La fonction salvatrice des contes de fées, des récits bien racontés et des structures narratives qui puisent leur sève dans les légendes et les mythes anciens a été largement démontrée en psychanalyse, pour ne nommer que cette dimension. Les enfants savent drôlement mieux le faire que nous, les adultes.

Votre vie est une histoire, c’est juste qu’elle n’est pas virtuelle mais réelle.

Iriez-vous voir un film dans lequel on verrait un homme à moitié endormi, porte-documents sous le bras, en train d’attendre platement l’autobus matin après matin, alors que sa femme change les couches du petit dernier et que son fils, grippé, écoute distraitement son professeur à l’école en dessinant machinalement des mangas sur son pupitre ? Non. Savez-vous pourquoi ? Parce que cet homme, c’est vous, et cette vie vous déplaît en fait. Vous rêvez d’être un héros, mais vous croyez cela impossible.

Eh bien, maintenant que je viens de vous livrer le secret d’un héros, version réaliste XXIe siècle, faites-moi le plaisir de réanimer vos vieux rêves enfouis, de les dépoussiérer, de retrousser vos manches et de vous mettre à la tâche. Le héros, ce sera vous. Vous n’avez plus d’excuse pour vous défiler.

Ce peut être de dire «Je t’aime» à quelqu’un qui vous attire vraiment, de franchir la toute première étape d’un projet, de formuler, d’organiser et de planifier une idée qui était toujours restée vague, d’entreprendre avec courage et détermination n’importe quoi de significatif et qui a une grande valeur à vos yeux.

Dire «Je t’adore ! », les larmes aux yeux, à votre enfant est héroïque ; écrire la première page d’un livre que vous aviez en tête depuis longtemps est héroïque; participer à votre première marche anti-Big-Mouth est héroïque ; parvenir à balbutier vos premiers mots en japonais alors que vous reportiez toujours ce projet à plus tard est héroïque ; vous inscrire à un cours sur l’Égypte ancienne dont vous rêviez tant est héroïque ; rester toute une nuit debout à bercer votre enfant qui a les oreillons pour le calmer est héroïque ; parvenir à convaincre le maire récalcitrant de votre ville d’investir dans un projet qui vous tient à cœur, à vous et à votre voisinage, est héroïque.

Être héroïque veut dire amorcer de grandes choses dans votre vie, à l’échelle de votre potentiel, tout simplement. Le héros d’un film agit en fonction des possibilités du cinéma moderne (effets spéciaux très coûteux, vedettes, jeux de caméras, trucages, etc.). Votre vie n’est pas un trucage, mais la réalité. Des milliers et des milliers de héros bien réels ont foulé le sol de la terre. Ce n’est pas que la chance qui les a faits, mais leur passion, leur engagement, ce à quoi ils croyaient profondément au fond d’eux-mêmes. Je ne fais pas référence ici aux faux héros que cherche à nous vendre Big Mouth – comme un président véreux ou un homme d’affaires mercantile -, mais à de vrais héros qui ont marqué à leur façon l’histoire, que vous estimez être vraiment des héros, selon votre instinct.

Devenir héros de votre propre vie va rendre celle-ci remplie de sens, intéressante, importante et d’une valeur inestimable. Le legs de votre souvenir après votre passage sur terre s’imprégnera sûrement quelque part dans l’esprit de vos descendants, qui auront une honnête admiration pour ce généreux cadeau inspirant que vous leur offrirez. Mais attention, je n’ai pas dit d’aller sauver ou conquérir le monde en délaissant ceux qui vous entourent. Ne faites pas la même erreur que Little Boy !

Soit dit en passant, c’est pour cela que j’écris des romans d’aventures jeunesse mettant en vedette une héroïne prénommée Séléna. En effet, celle-ci incarne à mes yeux certaines valeurs humanistes, un engagement et un idéal que je souhaite voir agir comme éléments d’inspiration pour les jeunes lecteurs. Cette série de romans a pour but avoué de leur insuffler le goût de se dépasser et de faire de leur vie une aventure qui les propulsera vers leurs rêves et leurs aspirations les plus profondes dans leur vie réelle.

La suite (après ce chapitre passionnant) …………..demain.

 

Articles en rapport

  • Pas d'article en relation

Le prochain groupe de parole aura lieu mercredi 18 décembre 2013 à 18 heures.

Ce sera le dernier groupe de parole de l’année 2013 et donc l’occasion de faire le bilan de l’année écoulée.

Plusieurs thèmes seront abordés.

La séance sera clôturée par un atelier du rire avec Joelle LAFORGUE pour aborder les fêtes de fin d’année dans la joie et la bonne humeur tout en s’initiant à une technique efficace de gestion du stress.

Prévoir d’apporter un vêtement chaud et une serviette.

Dr BUENOS

Articles en rapport

Extrait du livre de Denis DOUCET, « le principe du petit pingouin » :

Rappelez-vous ce principe généralement reconnu qui stipule que «plus un groupement humain comporte d’individus, plus le niveau intellectuel général de ce groupe diminuera », sur le plan comportemental du moins. Il suffit alors d’un leader négatif ou d’une fausse manœuvre du groupe pour que tout dérape.

Les grands rassemblements sont toujours à risque s’ils ne sont pas encadrés ; des gens peuvent y faire des choses qu’ils n’auraient jamais osé ou même pensé faire tout seuls. Pensez à l’Holocauste pour vous en convaincre. Cela ne justifie en rien cependant les nombreuses interventions policières dans le monde qui visent souvent plus à étouffer l’expression populaire qu’à encadrer les manifestants.

C’est l’effet de masse, et Big Mouth adore ces occasions de manipuler à sa guise ces troupeaux humains car ils renoncent à écouter ce que leur dicte leur raison pour suivre un chef, un slogan ou pour écouter une explication simpliste de leurs problèmes, et sont tout à coup prêts à lui obéir au doigt et à l’œil. Leur sens critique a été troqué contre la sécurité d’un gourou qu’il soit politicien, vedette, chef religieux, chef d’entreprise ou autre. Il devient facile de leur vendre n’importe quelle salade, pourvu qu’on les impressionne, qu’on leur fasse croire qu’on a la solution à tous leurs tourments.

L’effet de masse est aussi le pouvoir d’entraînement des médias tout comme leur pouvoir de freinage. Voici un exemple tiré de ma vie personnelle. Lors de ma formation en psychologie, j’avais à écrire un mémoire et le mien portait sur le rôle du style éducatif parental dans le phénomène du décrochage scolaire. J’ai eu la chance, à ce moment-là, de bénéficier d’une bourse d’études d’une centrale syndicale à la suite d’un concours national, laquelle centrale avait envoyé par la suite un bref communiqué de presse au journal local de ma ville.

D’habitude, c’est le genre de chose qui passe inaperçue. Mais là, une journaliste s’y est intéressée et on a fait une entrevue avec photo, qui a occupé une pleine page du journal en question.

Dans les jours qui ont suivi, d’autres journaux nationaux ont repris la nouvelle. Des stations de radio m’ont offert des entrevues, j’ai été sollicité pour quelques conférences et ateliers à animer. C’était devenu le sujet du jour. Mais, comme toutes les nouvelles, c’est disparu de la carte très vite, d’autres nouvelles ayant pris la place. Pourtant, tous ceux à qui je parlais du sujet disaient que c’était très important. Mais à peine quelques semaines plus tard, ça ne l’était visiblement plus.

Cette anecdote illustre bien le pouvoir qu’ont les médias de dicter ce qui doit être important et ce qui ne le sera plus. Ils sont un peu le porte-voix des nouvelles, mais la plupart du temps sans profondeur ni vision d’ensemble. Que des entrefilets, des sortes de publicités informatives, recherchant souvent le sensationnalisme pour s’assurer un vaste auditoire ou une meilleure cote d’écoute (la tarification publicitaire étant proportionnelle au nombre de lecteurs et auditeurs potentiels).

Préservez donc le plus possible votre sens critique face aux sujets de l’heure et assurez-vous de garder un sens de la continuité, car les médias, eux, sont discontinus. Vous aurez moins l’impression que tout est morcelé, que rien n’a de sens.

Faites-vous une opinion, votre opinion, avec patience, avec nuance, en ayant pris soin de considérer le sujet dans son ensemble.

La suite ……….. demain.

 

Articles en rapport

  • Pas d'article en relation

Extrait du livre de Denis DOUCET, « le principe du petit pingouin » :

« Contrairement aux autres, prenez le temps de remettre les choses dans leur perspective, de les resituer dans leur contexte et étudiez les circonstances d’un événement avant de porter des jugements empressés, souvent mal avisés.

Pensez toujours au contexte global plutôt qu’une analyse sommaire trop immédiate. Rien n’est toujours vrai ni toujours faux.

Apprenez à relativiser ; ainsi, vous serez moins vulnérable face aux manipulations grossières.

La suite ……………Demain.

Articles en rapport

  • Pas d'article en relation

Extrait du livre de Denis DOUCET, « le principe du petit pingouin » :

 » Il existe un courant de pensée en psychothérapie appelé dialogicalpsychotherapy qui stipule, entre autres, que l’être humain valide sa valeur comme personne dans les yeux des autres, surtout ceux dont le regard compte le plus. Comme une sorte de confirmation du droit d’exister, du besoin de se sentir accueilli et reçu, voulant vivre, désireux de se rapprocher.

En simplifiant, on pourrait parler du besoin d’être aimé. Toutefois, que veut dire, au juste, être aimé ? Eh bien, c’est quand quelqu’un apprécie, aime et veut votre présence, rien de plus. Qui ne vous demande pas de faire quelque chose de spécial. Vous savez, cette petite phrase : «Je t’aime bien ! », qui est prononcée calmement, le regard fixé droit dans les yeux de l’autre, un sourire aux lèvres. Rien de plus, rien de moins.

Voici un exemple que j’ai raconté à une cliente qui ne se respectait pas dans sa vie amoureuse. Je voulais lui faire goûter en image ce dont il s’agit. Elle a pleuré un peu en m’écoutant parler, ce qui est bon signe, car j’ai senti qu’elle avait saisi.

Dans ma vie personnelle, j’ai une conjointe et deux filles. Il m’arrive, le soir quand elles sont couchées, de m’appuyer l’épaule contre le cadre de la porte de leur chambre respective – elles ne le savent pas puisqu’elles dorment – et de prendre seulement plaisir à les regarder respirer, être là, me faire ce don chaleureux de leur simple existence. Présence dans ma vie que j’honore, remerciant le ciel de cette chance de les connaître, puisque je les aime ! (Bon d’accord, je passe aux aveux. Comme vous, je dis parfois des bêtises que je regrette, je suis imparfait, des fois un tantinet défensif et stupide. C’est vrai. Mais je les aime, juste comme ça. Pas à la façon hollywoodienne, juste parce qu’elles sont là. À mes côtés. A table. Au parc. En auto…)

Ma femme a enduré mes angoisses, mes égarements, mes insécurités, mes mauvais choix, mes défauts, mes incertitudes, et j’en passe. Elle est encore là. Elle me tient encore la main quand je ne suis pas sûr. Mes filles m’enseignent beaucoup : aimer la vie, jouer, savoir prendre le temps, rigoler, et bien d’autres considérations vitales que nous, les adultes, négligeons par orgueil.

J’espère leur insuffler le goût de poursuivre, de croire en elles-mêmes, de rester fidèles à leur monde intérieur, bref, de se sentir valables et confirmées.

Si vous saviez comme la vie devient plus détendue quand ce genre de besoin est suffisamment assouvi. C’est incroyable ! Un vrai bain de jouvence.

Je laisse ici la parole à Joaquin Salvador Lavado (Quino), auteur de la célèbre bande dessinée Mafalda: «Sans les autres, personne ne serait autre chose que rien. »

La suite ……………demain.

Articles en rapport

  • Pas d'article en relation

Extrait du livre de Denis DOUCET, « le principe du petit pingouin » :

 » Demeurez centré sur vos cibles, celles qui comptent le plus pour vous, et ne laissez personne vous en distraire.

Demeurez fidèle à votre senti. C’est votre baromètre interne le plus fiable – à moins qu’il n’ait été à ce point détourné de sa route qu’il ne ressemble plus qu’à une boussole cassée, auquel cas une aide professionnelle s’imposera pour la réparer.

Être fidèle à soi implique lucidité, affirmation, courage et détermination. Ce sont donc des qualités à cultiver tous les jours.

Voici un truc emprunté à la gestalt-thérapie qui peut vous aider dans cette tâche. Cela consiste à transformer une question en affirmation, puis à confronter le tout à votre corps en la verbalisant à voix haute afin de vérifier si cela sonne juste ou non (comme l’une des étapes de la méthode Focusing créée par Gendlin). Au lieu de vous dire intérieurement : «Je ne sais pas si j’aime encore Simon», dites à voix haute : «J’aime Simon ». Puis, attendez de sentir si cette phrase sonne juste ou non en vous-même, si vous vous sentez vraiment en accord corporel avec cette affirmation.

C’est que votre tête s’emplit facilement de toutes sortes de choses qui ne devraient pas y être, car elles y ont été déposées subtilement, une à une, avec le temps, par d’autres. L’esprit se fait berner plus d’une fois dans une vie, tandis que le corps demeure plus intègre, car Big Mouth n’a heureusement pas encore trouvé de chemin très efficace pour y parvenir. Il devient alors l’un de vos meilleurs alliés.

Rappelez-vous que la pensée a pour fonction de préparer l’action, et non de déterminer ce qui est bien pour vous. Ce sont les émotions qui doivent jouer ce rôle. Les sentiments, bien compris, servent de guide, d’orientation ; les idées, elles, servent d’instrument de structuration, de coordination, d’analyse et de planification.

On ne se motive pas par la tête, mais par le cœur.

On ne se prépare pas bien par le cœur, mais par la tête.

La suite ……….demain.

 

Articles en rapport

  • Pas d'article en relation

Extrait du livre de Denis DOUCET, « le principe du petit pingouin » :

« Je suis un peu mal à l’aise avec ce conseil que l’on donne souvent dans les séminaires de gestion du stress qui stipule qu’en réduisant vos attentes vous allez vivre moins de déceptions et, par conséquent, vous sentir mieux dans votre peau.

Mon malaise vient du fait que cela risque de devenir une invitation à abdiquer, à laisser tomber ce que vous espérez, bref, à ne devenir que purement fonctionnel, sans vie, sans but, sans âme.

Je reçois tellement de clients qui ont appliqué ce précepte. Pourtant, ils ne sont pas plus heureux. Dans les meilleurs cas, il y en a qui sont peut-être un peu moins malheureux, mais sûrement pas plus heureux.

Par exemple, les gens déçus en amour peuvent rester des années sans nouveau partenaire pour ne plus avoir mal, pour ne pas se blesser. Je constate qu’ils deviennent des zombies pâles et au cœur aigri. Renoncer à l’amour, c’est comme renoncer à boire de peur que l’eau ne soit contaminée. Vous allez y arriver un moment, mais le corps finira par être carencé. C’est exactement ce qui arrive avec cette logique du renoncement. Il s’agit quasiment de la complicité cruelle avec Big Mouth qui n’envisage que votre satis-faction minimale, pas plus.

Réduire vos attentes vous protège d’éventuelles déceptions, soit, mais cela vous place dans une situation qui risque fort de dégénérer en carences, en manques, en renoncements douloureux. Ne plus avoir d’attentes ne vous blessera plus, c’est vrai, mais cela veut dire aussi ne plus satisfaire une partie importante de vos besoins. Est-ce bien ce à quoi vous aspirez ?

Bien calibrer et cerner vos attentes les plus centrales, oui, je suis d’accord. Toutefois, ne les jetez pas à la poubelle. C’est vous-même que vous sacrifieriez alors !

Apprenez plutôt à distinguer une attente-caprice, que vous pouvez sans doute réajuster sans dommage, d’une attente légitimement profonde qui, elle, ne peut être abandonnée sans conséquences graves.

 

 

Articles en rapport

  • Pas d'article en relation

Extrait du livre de Denis DOUCET, « le principe du petit pingouin » :

 » Ce sous-titre peut paraître à première vue contradictoire avec ce que j’avance dans ce livre, mais il n’en est rien.

Je souligne ici un message classique de Big Mouth que plusieurs ont mal intégré ou naïvement avalé tout rond : « La fin justifie les moyens. »

Ainsi, beaucoup tiennent tellement à un objectif, le veulent si fort, qu’ils sont prêts à y perdre leur santé, à tout sacrifier et à risquer d’y perdre lourdement au change. Je dis oui à la prise de risques, à l’aventure, mais mesurez bien les impacts possibles et assurez-vous de pouvoir en assumer les conséquences. Une bonne formule consiste à tenter d’équilibrer votre objectif selon vos ressources, vos limites, le contexte du moment, le calendrier et… la totalité de vos besoins réels en jeu.

La suite (après cette précision)………….Demain.

Articles en rapport

  • Pas d'article en relation

Extrait du livre de Denis DOUCET, « le principe du petit pingouin » :

 » Cessez de confondre les mots «essentiel», «important» et «urgent». Pour qui est-ce essentiel, au juste? Dans quel sens est-ce important? Qui a dit que c’était absolument urgent, et cette personne a-t-elle raison ?

Vous connaissez sans doute cette petite expérience d’un professeur de l’université de Harvard qui se présenta un jour devant une classe avec un bocal transparent en main. Je vous en donne ici une version personnalisée et remaniée, que j’ai pris la liberté d’adapter à mon propos.

Ce professeur, donc, versa d’abord dans ce bocal des pierres jusqu’au bord. Alors qu’il demandait à ses étudiants si le bocal était plein, tous répondirent oui, puisque aucune autre pierre ne pouvait être ajoutée. Puis, il versa beaucoup de sable dans le même bocal, à nouveau jusqu’au bord.

Il reposa la même question au groupe d’étudiants, plus réservés cette fois dans leurs réponses ; certains croyaient que oui et d’autres non juste pour ne pas se faire piéger une seconde fois. Finalement, cet ingénieux professeur versa une bonne quantité d’eau dans le bocal, le sable permettant d’en absorber.

Devant les yeux écarquillés de ses étudiants, il leur rappela que les pierres représentent ce qui est essentiel dans la vie. Voilà pourquoi on doit les placer en premier, sinon il ne resterait plus de place. Le sable correspond aux choses importantes, donc on ne peut attendre à la fin puisqu’elles réclament notre attention. L’eau rappelle, quant à elle, qu’on peut toujours s’occuper d’une urgence ; il restera toujours un peu de place pour ce genre de chose de dernière minute.

Gardez en mémoire cet exemple, il vous rendra service quand l’ordre des choses à faire deviendra confus dans votre esprit. De nos jours, la plupart des gens traitent tout comme des urgences ; voilà pourquoi ils passent à côté des choses essentielles de la vie et tardent à s’occuper de ce qui est véritablement important.

Plus vos essentiels demeureront vivants, moins vous serez à risque.

La suite (de ce live en « pierre ») ………..Demain.

 

Articles en rapport

  • Pas d'article en relation

Extrait du livre de Denis DOUCET, « le principe du petit pingouin » :

La vraie liberté, ce n’est pas de pouvoir vous acheter tout ce qui vous passe par la tête, comme aimerait vous le faire croire Big Mouth. C’est plutôt quand vous prenez une décision, que vous la transformez en action et en assumez le résultat. Là, vous êtes libre !

La suite ………..Demain.

 

Articles en rapport

  • Pas d'article en relation