traduction du site en :

Evénements

Août  2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
   
  1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31  

diététique

Page 29 sur 31« Première page10202728293031

Une étude américaine confirme que le partage des repas autour de la table familiale réduit les risques d’obésité chez l’enfant.

Interdire les sucreries au goûter, contrôler la consommation de sodas ou se battre pour faire avaler des légumes : certains parents redoublent d’efforts pour garantir une bonne santé à leurs bambins. Pourtant, une habitude simple faciliterait la tâche et diminuerait naturellement les risques de « mal bouffe » : manger en famille.

L’obésité infantile ne concerne pas que les États-Unis. En France, les derniers chiffres sont préoccupants : 18 % des enfants sont en surpoids et 4 % obèses.

Bien que la cuisine française soit reconnue au patrimoine immatériel de l’Unesco, l’appel des fast-foods reste fort.

Après avoir étudié les résultats de près de 70 rapports scientifiques, des chercheurs de l’université de Rutgers, près de New York, ont souligné une nouvelle fois l’importance des repas en famille sur la santé des enfants. En plus de favoriser une alimentation plus équilibrée à base de fruits, légumes, fibres, vitamines et aliments riches en calcium, les repas préparés à la maison font naître de meilleurs réflexes alimentaires.

Les liens affectifs entre les membres de la famille, renforcés à l’occasion des repas, ont également une incidence sur la façon de s’alimenter. En effet, « la complicité qui s’installe entre parents et enfants à cette occasion développe les principes d’un plaisir alimentaire ».

Selon Paul Veugelers, chercheur à l’université d’Alberta (Canada), on observe moins de surpoids mais aussi moins de consommation de tabac ou de drogue chez les enfants qui prennent régulièrement leurs repas en famille.

En revanche, s’il y a conflit dans la famille, la table peut en devenir le théâtre et les enfants vont s’y sentir mal. Le repas familial perdra alors ses bienfaits sur l’alimentation de l’enfant, il l’assimilera à un moment stressant.

Articles en rapport

La consommation d’une pomme par jour aiderait à perdre du poids selon une étude réalisée sur des femmes de 45 à 65 ans.

Cette perte de poids s’accompagne d’une amélioration des chiffres du cholestérol.

En effet, une étude menée par les chercheurs de l’université de Floride, aux États-Unis, suggère que la consommation d’une pomme par jour est bénéfique pour la santé et la ligne. La consommation quotidienne de ce fruit entraînerait une diminution du LDL cholestérol (mauvais cholestérol), une augmentation du cholestérol HDL (bon cholestérol), et une perte de poids.

Les auteurs ont suivi 160 femmes âgées de 45 à 65 ans durant plus d’un an afin d’évaluer l’effet de la consommation de pommes sur la santé. En plus d’une alimentation normale, les participantes ont consommé soit 75 g de pruneaux par jour soit 75 g de pommes.

Résultat : six mois après le début de l’étude, les femmes qui ont consommé la pomme voient leur mauvais cholestérol baisser de 23 % en moyenne et leur bon cholestérol augmenter de 4 %. Cette évolution des chiffres du cholestérol est habituellement considérée comme favorable pour la santé cardio-vasculaire.

Par ailleurs, les femmes qui ont consommé quotidiennement la pomme ont aussi perdu en moyenne 1,5 kg.

Une étude brésilienne avait suivi pendant 10 semaines 49 femmes âgées de 30 à 50 ans, qui ont ajouté chaque jour à leur régime habituel soit trois biscuits d’avoine, soit trois poires, soit trois pommes. Après 10 semaines, les femmes du groupe « fruit » ont perdu 930 g en moyenne alors que les femmes du groupe « avoine » n’ont pas vu leur poids changer.

Les résultats de ces deux études vont dans le même sens.

Articles en rapport

Les Français n’ont pas une alimentation équilibrée. Plus diversifié, notre régime pêche par la part belle qu’il fait aux acides gras saturés et au cholestérol. La faute au fromage, à la charcuterie, et aux croissants (CREDOC).

Notre modèle alimentaire est caractérisé par ses 3 repas par jour, sa sophistication, son savoir-faire, sa convivialité et sa diversité.

En France, le nombre de prise alimentaire est de 3,9 par jour contre 5,5 outre Atlantique. On mange davantage à la maison qu’à l’extérieur. La diversité est grande notamment grâce au petit-déjeuner, un repas en soi, et à la succession entrée, plat, dessert, avec des produits bruts plutôt que composés.

L’apport énergétique total est de 2 095 kcal par jour en France.

Les Américains boivent 4,5 fois plus de sodas et 3 fois plus de jus de fruit que nous.

Adeptes, ou contraints aux sandwiches, mangeant peu de fruits et légumes, se libérant des règles traditionnelles, les jeunes Français (25 à 34 ans) ont un moins bon équilibre.

La diversité dans l’assiette des 3 à 14 ans est aussi menacée : le nombre de produits consommés sur 3 jours est passé de 11 à 9 entre 2007 et 2010.

Articles en rapport

En cas de refus d’un aliment, les parents sont invités à persévérer et à proposer le légume (en l’occurrence) au moins huit fois. Il sera alors accepté, et durablement. Or la plupart des mères jette l’éponge après trois tentatives. Et ce rejet peut « tatouer » les générations futures.

L’association entre une flaveur nouvelle et une ancienne, appréciée (comme le sucre), peut « faire passer en douceur la pilule », tout comme un contexte affectif chaleureux, ou un modèle (parent ou fratrie) qui mange avec plaisir. Enfin, la valeur plaisir de l’aliment « test » chute si une récompense est offerte en cas d’ingestion

Articles en rapport

  • Pas d'article en relation

On sait que le pourcentage d’enfants « difficiles » augmente à partir de l’âge de la diversification alimentaire, mais surtout autour de 2 ans, et diminue à partir de 6 ans.

La période de 2 à 6 ans paraît donc peu favorable à l’introduction de nouveaux aliments. Et mieux vaut tenter une grande diversité d’expériences avant 2 ans. Le répertoire culinaire de l’adolescence, puis de l’âge adulte en dépend …..

Les réactions à la présentation de nouveaux aliments, légumes en particulier, entre 8 et 15 mois, seront d’autant plus positives que le nourrisson aura eu l’occasion de goûter un grand nombre d’aliments nouveaux entre 5 et 8 mois.

Articles en rapport

  • Pas d'article en relation

Comme les fruits et légumes, les produits de la pêche sont saisonniers. Mis à part des poissons comme le hareng et la sardine, disponibles toute l’année, la plupart des espèces se raréfient lors des périodes de reproduction, de ponte et de fraie. Respecter cette saisonnalité aide à préserver les stocks de poissons. De plus, elle nous garantit d’avoir des produits plus goûteux et vendus à des prix raisonnables.

Ainsi pas de mulet ou de sole entre février et juin, ni de maquereau et de turbot en juillet.

En septembre, on peut se lâcher sur le Saint Pierre, le bar, l’araignée de mer, la dorade grise, le maigre ou encore la sole.

Vous n’avez pas de calendrier des poissons de saison à portée de panier ? Il suffit de faire attention à la taille. Éviter les poissons trop petits, ce sont souvent des juvéniles, indispensables au renouvellement de l’espèce. À la vente, ils doivent avoir des tailles minimales imposées par la réglementation européenne. Encore que ces tailles ne garantissent pas systématiquement que l’animal se soit reproduit au moins une fois. Exemple : le bar doit avoir atteint 36 cm pour pouvoir être vendu, et 41 cm pour être mature. Le mieux est d’acheter uniquement des poissons adultes.

En cas de doute, demander au poissonnier.

Articles en rapport

 

Plusieurs indices aident à repérer un poisson frais : un œil brillant et clair, des branchies rougeâtres, la peau humide, le ventre bombé, les écailles brillantes et solidement attachées.

Au toucher, la chair doit être ferme et, au nez, le poisson frais ne dégage pas d’effluves douteuses. Si le poisson a été recouvert de glace avec la tête qui dépasse c’est qu’il n’est peut-être pas le plus frais de l’étal.

Pour les filets, notamment de sole, vérifier que la chair n’est pas jaunie ;

Pour les crustacés, assurez-vous que les coques sont bien fermées.

À la maison, le poisson ne devrait pas être conservé plus d’un jour ou deux, entre -1° et + 2°, emballé dans un film plastique ou placé dans un contenant hermétique. S’il est très frais, on peut aussi le surgeler après l’avoir vidé et lavé, et enfermé dans un sac plastique étanche.

Articles en rapport

Pour notre santé, c’est bien connu : il faut manger du poisson au moins deux fois par semaine. Principal motif : ses excellentes protéines, et, dans le poisson gras des mers froides (maquereau , sardines), les fameux acides gras oméga trois qui ont un effet protecteur vis-à-vis des maladies cardio-vasculaires, voire de certains cancers. Le poisson fournit également des minéraux, tels que le phosphore et des oligo-éléments comme l’iode, le zinc, le fluor.

À raison de 35 kg par personne et par an, les Français sont au troisième rang européen des consommateurs de produits de la mer.

Sur les étals, près d’un poisson et d’un crustacé sur deux (voir autour de 90 % pour le saumon) provient de l’aquaculture. L’élevage compense la baisse des stocks de poissons sauvages et selon certains, il est gage de contrôle sanitaire des poissons.

Articles en rapport

 

En quelques mois, le territoire français s’est couvert de plus de 1500 entrepôts auprès desquels les clients viennent retirer leurs achats commandés quelques heures plus tôt sur le site Internet du distributeur. Le drive présente le double avantage de faire gagner du temps et d’éviter les tentations. Stricte observation de la liste des courses et répression de la dépense d’impulsion en magasin, voilà qui convient bien à la nécessaire maîtrise du budget familial pour les produits courants.

Articles en rapport

  • Pas d'article en relation

D’après le magazine 60 millions de consommateurs de Septembre 2012, le budget alloué à l’alimentation a augmenté de plus de 3% sur l’année écoulée.

Du fait de la crise économique, l’alimentation est un poste susceptible d’être soumis à un arbitrage serré de la part des familles.

Fruits : + 9.4 % ; légumes : + 6.7 % ; boissons : + 4 à 5 % ; et café/thé : + 5.4 % , ont rudement gonflé le ticket de caisse depuis un an.

Au niveau du réseau ROSA, pour les fruits et légumes frais, de saison, issus de l’agriculture biologique, nous avons adopté le panier hebdomadaire de Thierry COLLIGNON pour lesquels les prix ne devraient pas évoluer, à savoir:

12 euros pour le « petit panier » (2 types de fruits et 5 légumes compatibles(soit environ 9 à 10 kg de fruits et légumes de saison)) ; 12 euros pour le panier « vitamines » (fruits pour consommation directe, jus et compotes) et 20 euros pour le panier « familial » (double du petit panier).

Informez vous auprès de Marie Laure MABILAT (diététicienne du réseau) pour plus d’informations .

Articles en rapport

Page 29 sur 31« Première page10202728293031