traduction du site en :

Evénements

Juillet  2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
   
  1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31  

Trois nouvelles études publiées en septembre 2012 renforcent l’idée d’un lien entre la consommation de soda ou de boissons fruitées sucrées et l’épidémie d’obésité aux Etats-Unis.

La consommation de ces boissons a plus que doublé depuis les années 70, tout comme le taux d’obésité au sein de la population américaine sur la même période qui atteint désormais 30% des adultes, selon les auteurs de ces recherches parues en ligne dans le New England Journal of Medicine.

La première étude, réalisée sur plus de 33.000 Américains, indique que boire des boissons sucrées agirait sur les gènes affectant le poids en amplifiant les prédispositions génétiques d’une personne à grossir.

Les auteurs ont utilisé les 32 variations de gènes connues pour agir sur le poids afin d’établir un profil génétique des participants. Grâce à un questionnaire soumis tous les quatre ans, ils ont pu enregistrer leurs habitudes alimentaires.

Les deux autres études montrent que le fait de donner à des enfants et adolescents des boissons sans calories, telle l’eau minérale, ou des sodas contenant des édulcorants, limitait la prise de poids.

L’une a été menée à Boston auprès de 224 adolescents obèses ou en surpoids, encouragés à boire des bouteilles d’eau et des sodas « light » durant un an.

Ces adolescents n’ont alors pris que 1,5 kilo sur cette période, par rapport aux 3,4 kilos pris dans un autre groupe témoin.

L’autre recherche a été conduite par des chercheurs de l’université VU d’Amsterdam (Pays-Bas) auprès de 641 enfants de 4 à 11 ans et d’un poids normal. La moitié a bu quotidiennement un quart de litre de boisson sucrée, l’autre la même quantité de la boisson, cette fois sucrée avec des édulcorants.

Après 18 mois, les enfants du second groupe ont pris 6,39 kilos en moyenne contre 7,36 kilos dans le premier.

« Ces trois études semblent indiquer que les calories provenant des sodas et autres boissons fruitées font une différence », relève dans le New England Journal of Medicine le Dr Sonia Caprio, du service de pédiatrie de l’Université Yale.

Selon elle, « le temps est venu d’agir (…) pour réduire la consommation de sodas et autres boissons sucrées chez les enfants et adultes ».

La ville de New York interdit depuis le mois de Septembre 2012 la vente de portion « géante » de sodas et autres boissons fruitées sucrées dans les restaurants et cinémas.

Articles en rapport

Laisser un commentaire