traduction du site en :

Evénements

Juillet  2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
   
  1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31  

HFCS et obesité

Extrait de Toxic, le livre enquête de William Reymond :

« Le sirop de glucose-fructose est-il une cause directe de l’épidémie d’obésité ? Ces dernières années, des États-Unis à l’Allemagne, des scientifiques se sont penchés sur la question. Ajoutant, chacun de leur côté, une pièce au puzzle.

Ainsi, en 2000, des chercheurs de l’université du Minnesota travaillèrent sur les effets métaboliques du fructose sur le corps humain. Partant du principe que l’HFCS représente en moyenne 9 % de la consommation quotidienne des Américains, l’équipe menée par John Bantle tenta de recréer cette statistique en laboratoire, divisant des volontaires en groupes de consommateurs et de non-consommateurs. Après six semaines d’expérience, lointain rappel de l’expérience vécue par Morgan Spurlock dans le film Supersize me, les experts notèrent une importante différence. Chez les consommateurs de fructose, le taux de triglycérides présent dans le plasma apparut 32 % plus élevé. En clair, le taux de lipides dans le sang augmentait avec la consommation de fructose, rendant le « sujet » plus vulnérable aux problèmes cardiovasculaires. Bantle concluait ses recherches en écrivant : « Les régimes riches en fructose peuvent être indésirables, plus particulièrement chez l’homme ».

L’HFCS avait un effet inattendu. Sa consommation ne semblait pas uniquement responsable de la prise de poids, elle induisait aussi une augmentation des acides gras dans le sang. La conséquence ? Un accroissement des risques cardiaques, l’un des symptômes les plus fréquents de la pandémie d’obésité.

La piste parallèle suivie par l’Institut allemand de la nutrition humaine aboutissait à des conclusions similaires. Hella Jürgens et son équipe souhaitaient savoir si le fructose était responsable de la prise de kilos. L’idée ? Suivre l’évolution du poids de souris de laboratoires dont on contrôle précisément l’apport calorique. Les cobayes consommant des boissons sucrées au fructose connurent « une substantielle augmentation du poids sans que, pour cela, on augmente le nombre de calories ». En outre, recourant à la résonance magnétique, les chercheurs déterminèrent que « ce changement de poids était lié à une augmentation de la masse graisseuse ». Plus inquiétant encore : « Nous avons également observé la preuve d’un début de stéatose hépatique chez les souris exposées aux boissons sucrées au fructose ». La stéatose hépatique non- alcoolique, telle qu’étudiée par Jürgens, est une accumulation de lipides dans le foie. Autrement dit, les consommateurs dHFCS partagent donc désormais une pathologie avec les oies d’élevage, gavées pour produire le fameux foie gras.

L’étude allemande, « démontrant pour la première fois la relation entre les boissons sucrées au fructose et l’augmentation de la masse graisseuse […] sans que cela soit lié à une augmentation des calories », révélait une autre action de l’HFCS. En essayant d’expliquer pourquoi les souris avaient grossi malgré un apport calorique stable, Jürgens avait évoqué l’hypothèse d’une interaction entre le fructose et les mécanismes gouvernant notre relation à la quantité de nourriture. En fait, entre les lignes, il faut comprendre qu’elle cherchait comment réagissait notre cerveau. Cela tombait bien, c’était exactement la question que George Bray tentait d’éclaircir en Louisiane. »

La suite de l’enquête …………. demain.

 

 

Articles en rapport

Extrait de Toxic, le livre de William REYMOND :

« Pour approfondir la théorie selon laquelle le sirop de glucose-fructose avait réussi à contourner la résistance naturelle de l’organisme à l’excès de glucides et avait déréglé notre tolérance aux produits sucrés, d’autres observations de George Bray se révélèrent instructives. L’arrivée sur le marché de l’HFCS à la fin des années 1970 et la conversion totale des fabricants de sodas qui en résulta auraient dû fragiliser le marché du sucre. Mais il n’en fut rien. Au contraire, l’HFCS avait réussi à s’ajouter au sucre de canne au lieu de le remplacer. En 1980, la consommation annuelle de produit sucré basique (sucre de canne ou sirop de glucose-fructose) s’élevait à 55 kg par habitant. Vingt ans plus tard, elle dépassait 65 kg pour arriver aujourd’hui à 80 kg. Le consommateur avait donc fait une place supplémentaire à l’HFCS, lui offrant une part de marché de 42 %. Ramené en kilos, cela signifiait que l’Américain moyen ingurgitait désormais chaque année 33,4 kg d’HFCS ! Une progression radicale, puisqu’un an après son introduction et avant l’entrée en jeu d’ADM et de Dwayne Andreas, sa consommation atteignait tout juste 292 grammes par habitant. Que l’explosion des ventes de sodas ne pouvait expliquer à elle seule.

Sans que personne ne s’en rende vraiment compte, l’HFCS avait gangrené toute l’alimentation du pays : colas et autres soft drinks, mais plus largement, toute la nourriture produite de manière industrielle. Comme l’écrivait Bray, « aux États-Unis, on retrouve de l’HFCS dans presque tous les aliments contenant un édulcorant. […] L’HFCS est présent dans presque la totalité des aliments industriels ».

Ces remarques me renvoyaient à une autre étude, réalisée cette fois par des économistes d’Harvard. David M. Cutler, Edward L. Glaeser et Jesse M. Shapiro appartiennent eux aussi au bataillon de ceux qui ne se satisfont pas de l’explication classique donnée à la pandémie d’obésité. Constatant que l’arrivée de la crise avait été trop brutale et ample pour se résumer à des bouleversements d’habitudes, ils avaient disséqué les assiettes américaines.

Si le nombre de calories consommées chaque jour avait augmenté entre 1978 et la fin des années 1990, cette progression ne justifiait pas les kilos supplémentaires pris par de plus en plus d’Américains. Malgré le développement des chaînes de fast-food et l’explosion de la taille des portions dans les restaurants, les travaux de Cutler, Glaeser et Shapiro démontraient en fait que les calories avalées à chaque repas avaient légèrement… baissé ! Sur vingt ans, le dîner américain s’était même allégé de 59 calories chez les hommes et de 74 chez les femmes. En réalité, une seule catégorie avait largement augmenté : celle que nous mangions entre les repas. Des snacks d’origine industrielle dont l’apport calorique avait doublé et dont le point commun était de contenir une dose massive d’HFCS.

George Bray l’affirmait : L’HFCS était l’un des agents à isoler. Après tout, aucun autre produit n’avait accru sa présence dans nos estomacs de plus de 1 000 % en vingt ans. En outre, le taux de pénétration du sirop de glucose-fructose suivait une courbe similaire à la progression de l’épidémie. L’arrivée sur le marché de l’HFCS donnait donc du corps à la thèse d’une contamination presque soudaine, comme le soulignaient ces propos on ne peut plus clairs : « L’augmentation de la consommation d’HFCS a tout juste précédé la rapide augmentation de la prévalence de l’obésité qui s’est déroulée entre [les recensements] de 1976-1980 et 1988- 1994 ».

Résumons-nous. Le 2 décembre 1971, Earl Butz avait reçu deux missions : sauver la tête de Nixon et industrialiser l’agriculture américaine. Sa politique avait créé des stocks colossaux de maïs subventionné.

Les chimistes de la Clinton Corn Processing Company avaient de leur côté découvert comment transformer ce grain sans valeur en or jaune.

Dwayne Andreas, à la tête d’Archer Daniels Midland, en avait assuré l’expansion et la rentabilité.

En 1980, The Coca-Cola Company avait donné le signal que l’industrie agroalimentaire américaine attendait pour adopter massivement un produit bon marché.

Et, à l’instar des Indiens Pima, du jour au lendemain, les Américains, comme frappés par un virus, avaient commencé à grossir. L’HFCS, qui semblait être parvenu à briser les résistances de nos estomacs aux excès de produits sucrés, pouvait expliquer ce phénomène. Restait à comprendre de quelle manière cela avait été possible. »

La suite de cette démonstration passionnante ………….. demain.

Articles en rapport