traduction du site en :

Evénements

Septembre  2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
   
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30  

Epilogue du livre de William REYMOND : TOXIC .

« Le périple s’achevait. J’aurais aimé le terminer ailleurs que dans l’étouffante chaleur du sud du Texas.

Peut-être cette enquête aurait-elle dû se conclure du côté du Marin County, à quelques kilomètres de San Francisco. Où, avec Bill Niman, fondateur d’une série de ranches, j’aurais appris et apprécié la seule – et digne – façon d’élever le bétail.

Sans hormone, antibiotique, grain, protéine enrichie à la merde de poulet. Sans lagon aussi. Ici, comme dans les vignettes de l’époque préindustrielle, les bêtes paissent en liberté, les veaux sont nourris par leurs mères et les cochons pas entassés les uns sur les autres.

À Niman Ranch, obtenir une viande de qualité se fait dans le respect de l’environnement et des animaux. Une philosophie qui rencontre un succès grandissant auprès des restaurateurs et des consommateurs avertis. Ce qui prouve qu’il existe une alternative à l’industrialisation du bétail et que l’on peut se nourrir sans risquer de terribles conséquences pour sa santé.

Sans aller aussi loin, j’aurais pu encore me rendre à Austin, au Texas. Pour passer quelques heures en compagnie de John Mackey, le créateur de la chaîne de supermarché Whole Foods. Il m’aurait raconté comment, ayant rejoint une communauté végétarienne à la fin des années 1970 pour y rencontrer des filles, il avait réussi à anticiper la montée en puissance de la vague bio. Depuis l’ouverture de sa première boutique en 1980, Whole Foods est un succès unique en son genre. Aujourd’hui ses 189 magasins, dont quelques-uns situés en Grande- Bretagne, garantissent à leurs clients une alimentation sans toxine ni pesticide. La viande et la charcuterie proviennent d’élevages éthiquement et écologiquement responsables. Pour lutter contre la pollution liée aux transports de produits frais, Whole Foods a même développé la production locale de l’agriculture biologique. Enfin, véritable pied de nez aux géants de la distribution, les employés de la compagnie sont payés le double de leurs confrères de Wall Mart. Ce qui explique pourquoi Whole Foods est aujourd’hui l’une des entreprises dont la qualité de travail est l’une des meilleures des États-Unis. Une sérénité démontrant qu’il est possible de pratiquer le capitalisme sans y abandonner sa conscience.

Quittant le Fat Land, j’aurais pu m’envoler, sans vraiment savoir ce que je devais en penser, vers l’université d’Utrech aux Pays-Bas. Et y rencontrer le docteur Henk Haagsman. Ce Néerlandais, professeur des sciences de la viande, est l’un des experts mondiaux d’une nouvelle discipline : la culture de viande in vitro. Non, il ne s’agit pas d’une hérésie mais d’un véritable projet, doté de 2 millions d’euros et destiné à déterminer si, grâce à l’utilisation des cellules, on peut faire « pousser » de la viande. Donner naissance à un produit moins gras, sans bactérie ni résidu chimique. A une viande débarrassée de la pollution et des conditions d’élevage honteuses. Haagsman, comme d’autres chercheurs installés au Canada, aux États-Unis et en Australie, est persuadé que la viande en « boîte de Pétri » est une réalité proche : « D’ici six ans nous devrions obtenir un produit. Pas sous forme de steak, évidemment, mais plutôt une viande hachée que l’agroalimentaire pourra utiliser sur des pizzas ou dans des sauces ».

J’aurais encore pu passer quelques jours à Tavistock, dans le Devon, en Grande-Bretagne. Pour faire la connaissance d’habitants qui, récemment, grâce à leur désir d’avoir une alimentation saine et à leur opiniâtreté, ont gagné une bataille difficile. Après sept années d’efforts à tenter de s’implanter et d’attirer les consommateurs, McDonald’s a fermé son unique établissement, faute de clients.

J’aurais pu…

Mais je ne souhaitais pas conclure sur une fin heureuse. Non pas par passion du pessimisme, mais parce que notre quotidien est aujourd’hui plus proche de l’horreur de Rio Grande City que des attrayants rayons de Whole Foods.

Il déplaira sûrement à l’office de tourisme de le lire, mais il n’y a aucune raison de s’arrêter ici. Rio Grande est le chef-lieu du comté de Starr, l’un des plus pauvres des États-Unis. La route principale ressemble à un long fil de béton rongé par la décrépitude depuis fort longtemps. La poussière est omniprésente. Elle semble même incrustée dans le paysage depuis et pour toujours.

Il existe deux styles de maisons à Rio Grande City. Celles à l’abandon et les autres où, réfugiés derrières les barreaux qui protègent toutes les fenêtres, les 11 923 habitants vivent dans la crainte. La peur du soleil qui écrase tout neuf mois par an. La peur des voisins, des inconnus, des autres et plus particulièrement des gangs de la mafia mexicaine qui ont transformé l’endroit en lieu de passage. Et puis, la peur des troupes du Homeland Security aussi, en charge de vérifier les visas et de déporter les immigrés clandestins. À Rio Grande City, 95,89 % de la population est d’origine mexicaine. Les sans-papiers en représentent la majorité. Certains ont même peur de leurs enfants. Nés sur le sol américain, ils sont pourvus de la nationalité qui est refusée à leurs parents. Et ainsi, d’après les services sociaux de la ville, dès l’adolescence, nombre d’entre eux terrorisent la partie « illégale » de la famille. Un chantage au coup de téléphone de dénonciation pour une seule chose : manger.

McDonald’s, Daily Queen, Burger King, Whataburger, Wendy’s, Pizza Hut, Little Ceasars Pizza, Subways, Taco Bell, Taco Bueno, Taco Palenque, Mexican Buffet, Chinese Buffet… aucune enseigne ne manque à l’appel. Et toutes proposent, en lettres géantes, des promotions difficiles à ignorer quand on vit sous le seuil de la pauvreté. Ici, le Coke géant est offert pour l’achat d’un menu. Là, contre moins de 5 dollars, le client est invité à manger autant qu’il le souhaite. Ailleurs, tous les matins, le petit déjeuner est doublé gratuitement.

À Rio Grande City, paradis du HFCS et du trans fat, tout est commercialement envisageable, envisagé et mis en pratique pour ponctionner les quelques dollars versés par l’aide locale.

Cette orgie alimentaire s’accompagne d’une terrifiante réalité. À Rio Grande City, la moitié de la population adulte souffre de diabètes de type 2.

Mais le pire, c’est pour demain.

À l’école maternelle, 24 % des enfants sont déjà en surcharge pondérale ou obèses. S’ils ne sont pas dès maintenant pris en charge, rien ni personne ne parviendra à les sortir du cercle infernal. Celui qui, à l’âge adulte, devenus diabétiques et amputés, leur fera attendre la crise cardiaque… comme une libération.

Or, dans l’Amérique d’aujourd’hui, personne ou presque ne s’intéresse à Rio Grande City. Ou à La Casita, Roma, Laredo, El Cobares, ces villes du sud du Texas qui subissent le même cauchemar.

Or, à Rio Grande City, 50 % des garçons âgés de dix ans sont trop gros. Beaucoup trop gros.

Peggy Visio, une nutritionniste du Texas Health Science Center de San Antonio, tente depuis des années de faire bouger les choses. Adepte de la téléconférence, elle a réussi à trouver un don privé destiné à financer un service reliant son bureau de San Antonio à l’infirmerie de l’école de la ville. Et là, par écran interposé, elle donne des conseils de nutrition aux familles. Sachant pertinemment qu’elle ne pourra empêcher le pèlerinage quotidien au fast-food, elle tente d’orienter les ados vers les produits qui feront le moins de dégâts.

Aux États-Unis, 33 % des enfants mangent tous les jours dans un fast-food.

Lors d’un séjour récent à Rio Grande City, Visio et son équipe ont examiné les 2 931 enfants de la ville afin de quantifier ceux qui présentaient des risques élevés de diabète de type 2. Sur le papier, le pire de leurs scénarios prévoyait environ 600 cas. Mais à Rio Grande City, où deux cheeseburgers géants, une frite maxi et un Coca- Cola gargantuesque sont vendus à moins de 2 dollars, ils ont découvert 1 172 enfants en perdition. 1 172 futurs diabétiques.

Alors, Peggy a convaincu l’école de l’urgence. Après tout, chaque jour, les enfants y prennent leur petit déjeuner et leur déjeuner. Des collations largement arrosées des sodas en vente soit à la cafétéria, soit via les distributeurs, dans les couloirs de l’établissement.

Grâce à Visio et aux responsables de l’école, ces appareils de tentation ont été déplacés… dans la rue. Le personnel des cuisines a été formé pour offrir une nourriture moins grasse et moins sucrée. Les fruits frais ont commencé à apparaître sur les tables de la cantine et l’eau à repris une place qu’elle n’aurait jamais dû abandonner.

Mais voilà, nous étions à Rio Grandé City. Et les étudiants ont expérimenté la démocratie directe. Ces citoyens en herbe, obèses ou en passe de le devenir, se sont mis en grève devant de telles décisions salutaires à leur santé. Soutenus par certains parents et professeurs, ils ont affiché leur colère à l’entrée de la cafétéria avec un mot d’ordre clair : « Non au régime ! Nous voulons manger des trucs cool ! »

Rio Grande City est un laboratoire. Un douloureux voyage vers le futur aussi. Ce qui s’y passe n’est ni une exception ni une aberration, mais un amer avant-goût de l’avenir. L’obésité, le diabète, l’attitude de ces étudiants sont ni plus ni moins le résultat des trente dernières années de dérive et de matraquage alimentaire. Trois décennies où l’industrie agroalimentaire a pris le contrôle de nos assiettes, brouillant les repères, changeant la nature même de la nourriture.

Pendant des siècles, manger a été une nécessité et un moment privilégié. Une excuse pour l’échange et la communication. Et, bien souvent, un moment de plaisir. Désormais, un plat, pour s’imposer, doit être pratique, s’engloutir seul et rapidement. Et, surtout, être soutenu par une campagne publicitaire.

Demain, le monde ressemblera à Rio Grande City et à ces élèves prêts à se battre pour continuer à se goinfrer. Déjà, dans certaines écoles primaires, les enfants apprennent à compter en additionnant les M&M’s. Dans d’autres, ils refusent de manger les fruits frais sous prétexte qu’il est beaucoup plus tendance d’avaler un dessert coloré.

L’industrie agroalimentaire n’est pas seulement coupable d’avoir travesti la nature de notre nourriture. D’y avoir introduit le sirop de fructose-glucose, les additifs, les conservateurs, les résidus chimiques et les acides gras trans. Non, dans cette course au profit, certaines sociétés ont tout simplement tenté de s’emparer de l’âme d’une génération.

Ces mots sont à la hauteur de ma colère. Pas uniquement celle de l’auteur, celle d’un père aussi. Qui, chaque jour, tente de contrebalancer un pouvoir qui nous dépasse.

La responsabilité individuelle et celle des parents sont deux mensonges inventés par des spécialistes de la manipulation. Ou du marketing, c’est la même chose.

Les preuves ? Elles sont multiples. Petit voyage dans le temps. Dans les années 1930, Coca-Cola comparait ses atouts nutritionnels aux vertus vitaminées des fruits. Dans les années 1950, 7 Up expliquait comment, mélangé au lait du nourrisson, il favorisait la prise du biberon. À l’époque, à en croire les réclames, certains vins équivalaient même à un repas complet. Et puis, Camel était « la cigarette préférée des médecins ». Aujourd’hui les mêmes tentent de nous convaincre de l’importance de leurs contributions à notre bien-être, de leur sincérité dans la lutte contre le poids, de leur conscience humaniste ou de la non-dangerosité des OGM.

Demain, le monde ressemblera à Rio Grande City et à ses promotions permanentes sur la paire de hamburgers. Déjà, la crise d’obésité est devenue pandémie. Déjà les lagons des porcheries, le HFCS et le trans fat sont partis à la conquête de l’Europe.

L’Europe… Ou comment une idée juste, sensible, enthousiasmante et pacifiste, a perdu elle aussi son âme. L’Europe est devenue la nouvelle cour où manœuvrent les spécialistes du lobbying industriel. Où se pratique un sport dont les règles ont été inventées à Washington.

Et c’est ainsi que, le 9 novembre 2006, Markos Kyprianou, commissaire européen et membre de la Commission européenne chargé de la santé et de la protection des consommateurs, a publiquement félicité Coca-Cola et McDonald’s pour leur engagement dans la lutte contre l’obésité.

Coke, McDo et les autres sont pourtant les fabricants de cigarettes d’aujourd’hui. Leur stratégie de communication est identique. La crainte majeure de ces géants de l’agroalimentaire, c’est que les gouvernements, sous la pression populaire, légifèrent. Car la contrainte leur fait peur. Aussi, pour éviter cela, ils jouent la diversion, la carte du volontarisme.

Dans le même esprit, Marlboro et Philip Morris financent aux États-Unis des campagnes publicitaires incitant les gens à ne plus fumer. Or, le budget de ces « ravalements de façade » n’atteint même pas 1 % des bénéfices engendrés par la vente de leurs produits.

McDo, Coke et les autres savent qu’ils sont les premiers responsables de la pandémie d’obésité. Alors, ils donnent le change, martèlent le message de la responsabilité individuelle et l’idée que toute nourriture a sa place dans un régime équilibré.

Lorsque je vois la campagne internationale de Coca- Cola annonçant sa décision de lutter contre l’obésité, je ne peux m’empêcher d’être cynique et de penser : c’est l’hôpital qui se moque de la charité.

L’engagement à ne pas faire de publicité à destination des moins de douze ans ? Du vent. Rien de neuf. Cela a toujours été le cas. Non pas parce que la Compagnie est « morale » mais parce qu’elle est très intelligente. Elle préfère sponsoriser l’équipe de France de football, lancer un site Internet avec NRJ, imaginer un casting inspiré de « Star Academy » dans tout le pays, pour capter l’attention de ces classes d’âges. Coca-Cola étant, en France, la marque préférée des jeunes, elle n’a pas besoin de s’adresser directement à eux puisqu’elle a réussi à devenir une figure incontournable de leur univers.

Les boissons sans sucre, les salades de McDo ? Tout cela est marginal. Le cœur d’affaire de McDonald’s, ce sont les heavy users, les gros consommateurs de Big Mac et de frites. Le produit vedette de la Compagnie ? Coca-Cola Classic et son sucre.

Demain, le monde ressemblera à Rio Grande City et à son odeur permanente de friture.

Au terme de mon enquête, je ne sais même pas s’il est encore possible d’éviter le pire. Certes, les solutions existent. Mais, pour s’imposer, elles ont besoin de deux révolutions.

D’abord, celle de nos esprits. Avant d’être consommateur, nous sommes citoyens. Nos trois repas quotidiens sont autant d’occasions de voter. Voter pour ou contre un monde toxique. Voter en faveur d’un modèle viable pour l’environnement, notre santé, et moralement acceptable. Notre pouvoir est avant tout celui de l’achat. Plus qu’un bulletin dans une urne, la consommation d’un produit est devenue un geste politique. Le seul moment où le terme de « démocratie directe » a un sens concret.

Mais voilà, si mon pouvoir d’achat m’offre le privilège d’assurer aux miens une assiette sans danger, ce choix est réservé à une minorité. Car manger bien est désormais une source d’inégalité. Les pauvres sont aujourd’hui massivement représentés dans les rangs de plus en plus peuplés des obèses. Comme à Rio Grande City, leur pouvoir d’achat les cantonne quasi exclusivement à la nourriture industrielle. En confiant notre alimentation aux géants de l’agroalimentaire, nous leur avons laissé le droit d’installer des régimes d’apartheid nouveaux.

Et c’est pour cela que, même s’il est capital, un engagement individuel ne sera jamais suffisant.

Pour éviter que demain, notre monde ne ressemble à Rio Grande City, il faut que la classe politique se souvienne que, parmi ses devoirs, se trouve l’obligation de protéger la société des risques pathogènes.

La malbouffe tue. Il faut donc une intervention gouvernementale pour contraindre certaines compagnies à cesser de nous empoisonner. Le Danemark l’a fait. McDonald’s, Coca-Cola et les autres n’ont pas quitté le pays pour autant et les Danois n’ont pas le sentiment – autre cheval de bataille des industriels – qu’ils sont privés de leur liberté individuelle.

Mieux encore, puisque la France s’apprête à voter, il est temps d’exiger des candidats qu’ils s’engagent dans cette lutte dont la victoire est la seule issue possible.

Et le combat sera âpre. Car, distribuer des bons points aux compagnies, inciter les individus à consommer plus de fruits et moins de graisse, est largement insuffisant.

Qui, à droite et à gauche, osera suivre les conseils de Philip James et repenser nos politiques agricoles ? Le président de l’Équipe internationale de lutte contre l’obésité, ancien conseiller de Tony Blair, a, dans son discours de Sydney, défini le seul cadre susceptible afin d’empêcher la propagation des Rio Grande City. « Nous n’avons pas affaire à un problème médical ou scientifique. Nous avons affaire à un énorme problème économique qui, de l’avis général, va submerger tous les systèmes médicaux de par le monde. Nous nous sommes concentrés sur l’utilisation de l’argent des contribuables pour surprotéger tous ces éléments de la chaîne alimentaire qui provoquent aujourd’hui l’épidémie d’obésité. La surproduction d’huile, de graisse et de sucre, largement due aux subventions publiques visant à protéger les revenus agricoles, contribue depuis des décennies à la crise sanitaire que nous connaissons aujourd’hui. »

Demain le monde ressemblera à Rio Grande City et au courage de Peggy Visio.

Demain, parce qu’il y va de notre survie, nous reprendrons le contrôle de nos assiettes.

Demain, parce qu’il est question de l’avenir de nos enfants, nous quitterons les frontières nauséabondes de cet univers toxique.

Tout cela est encore possible.

Vous en avez le pouvoir.

La preuve ?

Après des années de dérive, je venais de le faire.

J’avais trente-cinq ans et, pour la seconde fois, je venais de naître.

Piano, 20 décembre 2006. »

Fin ……………….

Dr BUENOS : Merci à William Reymond, qui va désormais nous manquer chaque jour. Son enquête bien documentée, est passionnante. Elle s’était achevée en décembre 2006, mais à nos yeux,elle n’a pas pris une ride.

Elle conforte le réseau ROSA dans ses pratiques actuelles et nous permet d’améliorer certains points de prise en charge.

 

 

 

 

Articles en rapport

Laisser un commentaire