traduction du site en :

Commentaires récents

Evénements

Juillet  2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
   
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31  

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) tire la sonnette d’alarme : le surpoids et l’obésité deviennent si répandus chez les jeunes Européens que notre définition de la normalité risque de s’en trouver affectée. Zsuzsanna Jakab, directrice régionale de l’OMS pour l’Europe, avertit : « Le surpoids est désormais plus fréquent qu’inhabituel. Nous ne devons pas laisser une autre génération grandir avec l’obésité comme nouvelle norme. »

Le bureau de l’OMS pour l’Europe vient de dévoiler une série de fiches-pays faisant le point sur la nutrition, l’obésité et l’activité physique dans chacun des 53 pays qu’il couvre. Ces fiches dressent un tableau d’autant plus sombre qu’elles concentrent l’analyse sur les enfants et les adolescents.

Alors que les Américains retrouvent le sourire avec la récente annonce par le CDC d’une baisse spectaculaire de l’obésité chez les 2-5 ans, le diagnostic de l’OMS est sévère pour les jeunes générations du vieux continent. Dans quatre pays de la zone, la prévalence du surpoids chez les enfants de 11 ans dépasse les 30 % : Grèce (33 %), Portugal (32 %), Irlande (30 %) et Espagne (30 %). Et dans onze pays, plus de 20 % des enfants de 13 ans sont en surpoids.

Les causes du phénomène sont bien connues : « La sédentarité, conjuguée à une culture qui favorise la consommation d’aliments peu chers, pratiques et riches en matières grasses, en sel et en sucre, constituent un cocktail mortel », explique Zsuzsanna Jakab. Dans 23 des 36 pays pour lesquels l’OMS dispose de données concernant l’activité physique, cette dernière est insuffisante chez au moins 30 % des garçons et des filles âgés de 15 ans et plus.

La France plutôt épargnée

Les comparaisons effectuées par l’OMS montrent que le surpoids est plutôt moins répandu en France que dans les autres pays européens. Avec certains États scandinaves, notre pays est même cité par l’organisation internationale comme faisant partie de ceux qui ont stabilisé la prévalence de ce phénomène.

Tout n’est pas rose pour autant au royaume autoproclamé de la gastronomie. Environ 19 % des garçons et 11 % des filles de 11 ans y sont en surpoids. Chez les 13 ans, les chiffres sont de 18 % pour les garçons et 13 % pour les filles, et chez les 15 ans, ils sont respectivement de 16 % et de 8 %.

Pour lutter contre ce qu’elle considère comme une épidémie, l’OMS recommande d’encourager la consommation de légumes et de fruits, d’augmenter la fiscalité sur les aliments peu sains, de mieux contrôler la publicité, promouvoir l’activité physique : sur les bords du lac Léman, on n’a pas encore trouvé de recette miracle contre le surpoids…

Articles en rapport

Laisser un commentaire