traduction du site en :

Commentaires récents

Evénements

Août  2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
   
  1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

«La graisse ne fond pas par magie»

Jean Rouiller est sous le choc. Jusqu’à ce qu’il les ressorte de son album, il n’avait plus revu les photos prises de lui avant son opération, en mai 2007. «Je me demande comment j’ai fait pour vivre dans cet état», s’interroge ce cadre de la Poste, penché sur les images. Jean, un solide jeune homme de 1 m 81, n’a que 23 ans lorsqu’il entre à l’hôpital pour un by-pass. Il pèse 170 kilos, ce qui lui confère un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 45. Une obésité morbide dont les prémices remontent à l’enfance. A 4 ans, Jean est déjà un gamin dodu; à 15 ans, il franchit la barre des 100 kilos. Rien n’y fait. D’un régime à l’autre, il reprend plus de poids qu’il n’en a perdu. «Je n’étais jamais rassasié. Je ne ressentais plus d’effet de satiété. J’ai fini par baisser les bras.» Même si le regard des gens ne l’affecte pas plus que ça et que son intégration sociale se passe sans trop de heurts, son quotidien devient un enfer. Son métier de facteur l’épuise, les filles ne lui prêtent guère d’attention et ses loisirs sont réduits au strict minimum. Pas de sport, pas de voyage – «J’aurais dû payer deux places dans les avions» –, pas de cinéma, à cause de la dimension des sièges. Surtout, on lui décèle un prédiabète et de l’hypertension artérielle qui l’expose à court terme à des problèmes cérébraux ou cardiovasculaires.

«JE SUIS NÉ LE 23 MAI 2007»

Pour lui, le by-pass s’impose comme une nécessité vitale. Il s’y prépare avec tout le sérieux que réclame cette intervention, sur le plan psychologique notamment. «Soyons clair: le by-pass n’est pas une baguette magique qui fait fondre vos kilos comme par enchantement mais juste un outil de travail au service de la personne qui a le choix de l’utiliser à bon escient ou pas, selon sa volonté.» Malgré les problèmes nutritionnels qu’il connaît (difficulté à gérer la quantité d’aliments, vomissements, etc.), Jean s’accroche et perd 10 kilos par mois. En septembre, il monte pour la première fois sur un vélo de course, son rêve de gosse; en mars 2008, il tombe à 70 kilos. «Je ne mangeais plus rien. J’étais hanté par la peur de reprendre du poids. Après avoir bu un verre d’eau, je montais sur la balance. Je suis passé à deux doigts de l’hospitalisation.»

Quatre ans après avoir subi une chirurgie réparatrice pour le ventre et la poitrine qui l’a beaucoup fait souffrir, Jean Rouiller dit s’éclater dans son job de responsable d’un office postal, dans ses loisirs (3000 kilomètres de vélo par année) et dans sa vie en général. «Sur mon acte de naissance figure la date du 14 novembre 1984. Mais, en réalité, c’est le 23 mai 2007 que je suis né…»

Articles en rapport

4 réponses à Jean de 170 à 70 kilos

  • Amblard dit :

    Faut il faire un suivi de plusieurs mois avant d’être opéré ? Mon fils pèse 170 kg pour 1,87 m, il a déja fait un essai de suivi pour le by-pass mais n’a pas poursuivi. Actuellement, son médecin me dit que sa vie est en danger. Il a 34 ans. Je suis désespérée.

    • Dr Patrick BUENOS dit :

      Bonsoir
      Effectivement, il faut être suivi plusieurs mois avant d’être opéré.
      Ce suivi a pour but de mettre en place de nouvelles habitudes de vie et de faire le point sur l’obésité et son retentissement sur le corps.
      Il faut par ailleurs que votre fils ait le déclic qui lui fasse prendre conscience de la situation car c’est lui qui fera les efforts nécessaires à une perte de poids durable (mais c’est également lui qui en récoltera les résultats)
      Dr BUENOS.

      • Amblard dit :

        Merci Docteur de votre réponse. Pour l’instant il n’a absolument pas l’envie de faire le moindre effort et c’est cela qui m’inquiète le plus. J’ai essayé ainsi que son médecin de famille de lui faire comprendre les problèmes qui vont bientôt survenir mais sa réponse est qu’il s’ en fiche, il est totalement negatif.
        Cordialement
        Mme A.

        • Me Gonfroy dit :

          Dommage pour lui , mon mari avec un bye pass à perdu 60 kg én 15 mois, mon fils, avec une sleeve à perdu 65 kg en un an et beaucoup de sport, et moi j’ai déjà perdu 30 kg en 6 mois malgré un handicap (problème de jambes) qui m’empêche de faire de l’activité physique. Tout va bien, ns n’avons jamais vomi, aucun problème de santé, et surtout aucun REGRET

Laisser un commentaire