traduction du site en :

Evénements

Juillet  2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
   
  1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31  

programme nutrition USA

Le quotidien New York Times a titré ce 10 décembre 2012 sur la baisse de l’obésité chez les jeunes, enregistrée dans plusieurs villes des Etats Unis, notamment à New York et à Los Angeles.

Même si les progrès sont en général très modestes, c’est la première fois depuis trente ans que la tendance est à la baisse, et ce pourrait être le début d’une décrue durable.

La plupart des experts notent que les villes où ont été enregistrés ces bons chiffres, ont mis en place des politiques de lutte contre l’obésité depuis quelques années.

Articles en rapport

Le programme d’intervention en question, nommé HEROES, pour Healthy, Energetic, Ready, Outstanding, Enthusiastic Schools program confirme, avec cette étude de l’Université d’Indiana qui en a mesuré l’impact, l’efficacité d’initiatives simples qui reposent sur la réduction de facteurs évitables bien connus pour lutter dès l’école contre l’obésité. Les conclusions, présentées lors de la réunion annuelle de l’American Public Health Association, montrent, une nouvelle fois, que lorsque les écoles et les familles aussi mettent l’accent sur ces facteurs de risque modifiables, cela diminue efficacement l’obésité infantile.

Renforcer une certaine culture scolaire du bien-être : HEROES, développé sur la base des recommandations des Centers for Disease Control and Prévention pour les « scolaires », a été mis en œuvre par les établissements de l’Indiana, du Kentucky et de l’Illinois et coordonné par le Pr Dong-Chul Seo, de l’École de santé publique de Bloomington (UI). Le programme est destiné à renforcer une certaine culture scolaire du bien-être grâce à des modifications concernant l’éducation physique, la nutrition, l’activité physique avec les sports en équipe, et des initiatives de promotion de la santé à destination, aussi, des personnels des établissements comme des familles et des communautés.

Un programme scolaire simple mais efficace : Les chercheurs ont évalué ce programme sur ces 4 dernières années, sous l’angle des facteurs prédictifs de surpoids, de gain et de perte de poids et livrent ces résultats portant sur une période de 18 mois et une cohorte longitudinale de 5.309 élèves de 11 écoles différentes. Sont confirmés, par les chercheurs,

· le lien entre des niveaux élevés de consommation de boissons gazeuses et la persistance du statut pondéral, la surcharge pondérale et le gain de poids,

· le lien entre la prise de repas équilibrés et réguliers dans la journée, avec 3 repas par jour, la stabilité à un poids de santé,

· le lien entre la pratique de sports collectifs, partie intégrante du programme et le contrôle d’un poids de santé.

· le lien entre le statut économique et le poids, les élèves fréquentant les écoles de moindre statut socio-économique étant plus susceptibles d’être en surpoids ou de prendre du poids au cours de la période d’étude. D’où l’importance de pouvoir donner accès à tous à des aliments sains, comme les fruits et les légumes.

Bien évidemment, ces résultats ne sont pas nouveaux. Mais ils confirment que la mise en place de programmes de lutte contre l’obésité à l’intérieur des écoles et établissements scolaires, qui, aux Etats-Unis, font partie intégrante du Plan contre l’obésité, ont leur rôle à jouer pour prévenir l’obésité chez les plus jeunes.

A noter, dans ce programme, personnels scolaires et parents bénéficient également d’une formation.

Sources: American Public Health Association annual meeting et Indiana University Soda consumption, screen time, team sports at school influence students’ weight et Heroes

Articles en rapport

Aux Etats-Unis, 35 % des adultes sont obèses. A ce rythme, en 2030, près de 57 % des Texans seront obèses avec toutes conséquences nuisibles pour la santé, car cela pourrait se traduire par des millions de diabétiques, des centaines de milliers de cas de cancer ou de problèmes cardiaques.

Au plan santé, en 2008, cette situation a coûté plus de 147 milliards de dollars à l’Etat américain. Le problème n’épargne pas les enfants américains puisqu’un tiers accuse du surpoids.

« Let’s Move »

Pour combattre cette épidémie, la première dame des Etats-Unis, Michèle Obama, a lancé un mouvement intitulé « Let’s Move » – c’est-à-dire « Allez, on bouge » – qui se donne entre autres buts d’offrir de meilleurs repas dans les cantines scolaires.

Articles en rapport