traduction du site en :

Evénements

Juillet  2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
   
  1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31  

Boire un café six heures avant de dormir fait perdre une heure de sommeil, sans que l’on s’en rende compte.

À quel moment peut-on s’autoriser un dernier café dans la journée sans pour autant perturber son sommeil ? Chacun a son avis sur le sujet, entre ceux qui ne prennent «jamais de café au-delà du repas du midi sinon c’est l’insomnie » et les insensibles qu’un café le soir «n’empêche pas de dormir ». Des membres du Centre de recherche sur les troubles du sommeil de l’hôpital Henry-Ford de Detroit (États-Unis) ont mis au point une expérience afin de répondre scientifiquement à la question.

Douze volontaires ayant un sommeil normal devaient, pendant quatre jours d’affilée, s’abstenir de boire du café et avaler chaque jour trois comprimés à des heures différentes. Le premier six heures avant le coucher envisagé, le second trois heures avant et le dernier au moment de se coucher. Chaque fois, l’un des comprimés contenait 400 mg de caféine, soit l’équivalent de deux ou trois tasses de café moulu, et les deux autres un placebo (produit inactif). Sauf le quatrième jour, où les trois comprimés ne contenaient que du placebo pour permettre la comparaison avec une nuit «sans caféine ». Tout au long de l’expérience, les volontaires ignoraient si les comprimés contenaient ou non de la caféine.

Les résultats confirment l’effet néfaste sur le sommeil de la caféine prise trop près du coucher. Ce n’est pas une surprise. «Une dose de caféine de 150 mg, prise une demi-heure avant le coucher a pour effet d’allonger beaucoup la période d’endormissement, de réduire notablement la durée du sommeil, mais aussi d’agir sur d’autres éléments de l’architecture du sommeil, en particulier en réduisant le temps consacré aux stades les plus profonds du sommeil à ondes lentes, les plus réparateurs », écrivait le Pr Jean Costentin, membre des Académie de médecine et de pharmacie dans Café, thé, chocolat. Les bienfaits pour le cerveau et pour le corps (Éditions Odile Jacob).

Sources cachées

En revanche, l’étude de Detroit fournit deux informations nouvelles. La première, c’est que le café de fin d’après-midi nuit effectivement au sommeil. Dans l’expérience, même prise six heures avant le coucher, la caféine réduit la quantité de sommeil habituelle puisque les cobayes ont dormi en moyenne une heure de moins que la nuit suivant une journée sans caféine. Selon le Dr Anthony Dubroc, pharmacien et fondateur du site www.mysommeil.com,«ceci renforce la connaissance, jusque-là empirique, d’une durée d’activité du café allant de trois à six heures selon les individus, et la recommandation d’éviter le café au moins six heures avant d’aller se coucher ». La sensibilité individuelle est très variable d’une personne à l’autre et la situation est différente selon la qualité de base du sommeil d’une personne. «Ce sont surtout ceux qui ont des troubles du sommeil qui ne doivent pas prendre de café au-delà du déjeuner », explique au Figaro le Pr Costentin.

Le deuxième enseignement de cette étude, encore plus étonnant, c’est que cette perte d’une heure de sommeil est passée complètement inaperçue des dormeurs, qui ont eu l’impression de faire leur nuit habituelle.

«Il faut aussi se méfier des sources discrètes de caféine, remarque le Dr Dubroc, car les gens oublient qu’il y en a par exemple dans le thé, les sodas ». Sans parler bien sûr des boissons énergisantes. «Ce n’est pas la peine de remplacer le café par du thé, s’amuse le Pr Costentin. En effet, ce que l’on appelle très improprement la théine dans le thé est en réalité de la caféine !» Autre ennemi dissimulé du marchand de sable, les écrans. En début d’année, le Pr Charles Czeisler, spécialiste du sommeil à la Harvard Medical School, rappelait dans la revue scientifique Nature qu’il faudrait aussi se pencher sérieusement sur l’usage vespéral galopant des écrans, dont la lumière nuit particulièrement à la préparation physiologique du sommeil.

Articles en rapport

  • Pas d'article en relation

Laisser un commentaire