traduction du site en :

Evénements

Septembre  2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
   
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30  

La survie s’améliore après la pose d’une dérivation roux-en-Y, selon une étude parue  dans le « JAMA Surgery ».

Jusqu’à présent, peu d’études avaient mesuré l’éventuel bénéfice, en termes de mortalité, à attendre chez des patients bénéficiant d’une chirurgie bariatrique, et la plupart n’étaient pas contrôlées.

« Le consensus global veut que ces opérations soient globalement positives », expliquent le Dr Lance Davidson, de l’université Brighman Young (Utah), et ses collègues. Ils ont tenté de répondre à cette question à l’aide d’une étude de cohorte cas-témoins rétrospective. Les auteurs ont découpé une cohorte de 7 925 patients (constituée entre 1984 et 2002) en catégories d’âge : les moins de 35 ans, les 35 à 44 ans, les 45 à 54 ans et les 55 à 74 ans. Cette cohorte a été comparée à un groupe 7  925 personnes souffrant d’une obésité importante mais n’ayant pas bénéficié d’une opération de chirurgie bariatrique. L’indice de masse corporelle moyen dans les deux groupes était de 45,3.

Entre 35 et 44 ans, le risque de mortalité toutes causes au cours de la durée moyenne de suivi de 7,2 ans était diminué 46 %. Entre 45 et 54 ans, le risque était diminué de 57 %. Il n’était en revanche pas significativement modifié chez les moins de 35 ans. « La conclusion importante est que la pose d’un by-pass roux-en-Y prévient en partie l’augmentation de la mortalité observée chez les patients très obèses », précisent les auteurs.

 

Articles en rapport

  • Pas d'article en relation

Laisser un commentaire