traduction du site en :

Evénements

Juillet  2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
   
  1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31  

Des médecins américains confirment non seulement que l’obésité d’une jeune femme avant une grossesse augmente le risque d’obésité à l’âge adulte de l’enfant à naître. Mais aussi son risque de décès prématuré.

Le Pr Michael Mendelson et son équipe de la Boston University ont repris les données de la fameuse étude Framingham, centrée sur les maladies cardiovasculaires. Elle porte le nom d’une petite ville située près de Boston et qui a la particularité d’être parfaitement représentative de la population américaine.

Leur travail a donc porté sur 879 participants suivis durant… 41 ans, entre 1971 et 2012. Et plus particulièrement, sur l’indice de masse corporel (IMC) de leur mère, avant leur naissance. Il en ressort d’ailleurs que seules 10% des femmes étaient en surpoids ou obèse.

Mendelson et son équipe montrent surtout que les adultes dont la mère a été en surpoids avant leur naissance présentent un risque quasiment doublé (90%) de mourir prématurément (avant 65 ans) des suites d’une maladie cardiovasculaire. Par rapport à leurs concitoyens dont la maman n’a pas connu de trouble pondéral. Et pour cause, ces « enfants » présentent davantage de facteurs de risque tels que le diabète, l’hypertension artérielle et l’hypercholestérolémie.

En conclusion, l’auteur insiste sur l’importance de sensibiliser les femmes concernées à la perte de poids. Aussi bien pour leur propre santé que celle de l’enfant à naître. Un conseil qui passe essentiellement par des mesures alimentaires et la pratique régulière d’une activité physique.

Source : American Heart Association, 18 novembre 2014

Articles en rapport

  • Pas d'article en relation

Une réponse à Conséquences à long terme de l’obésité maternelle

  • maria dit :

    Oui c’est impératif de prendre soin de son organisme chez les femmes enceintes. Il y a celles qui se dirigent vers la chirurgie soit pour traiter l’obésité soit pour traiter le relâchement de la peau de l’abdomen.

Laisser un commentaire