traduction du site en :

Evénements

Juillet  2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
   
  1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31  

television et obesite

Une étude américaine fait le lien entre le surpoids des enfants et la présence d’une télévision dans leur chambre. Même s’ils la regardent peu, elle aurait un impact direct sur leur Indice de masse corporelle (IMC).

Les enfants ayant une télé dans leur chambre seraient plus susceptibles de développer des troubles du comportement alimentaire.

Regarder la télévision peut être nocif pour la santé, c’est un fait connu des scientifiques depuis plusieurs années. Alors quand elle squatte la chambre de vos enfants, il y a péril en la demeure, et pas seulement pour la violence qui y est diffusée. En cause, le surpoids qu’elle engendrerait chez les plus jeunes. Une étude américaine publiée dans le journal médical Jama Pediatrics révèle en effet que les enfants qui ont une télé dans leur chambre seraient en moyenne plus gros que les autres.

Les chercheurs de l’Université de Dartmouth, aux Etats-Unis, ont analysé les données récoltées lors d’un sondage téléphonique sur près de 3 055 enfants âgés entre 10 et 14 ans et de leurs parents pour parvenir à cette conclusion. 60 % d’entre eux étaient équipés d’une télé dans leur chambre. Résultats : ces derniers pèsent en moyenne 400 grammes de plus que ceux qui n’en ont pas. Autre fait : ceux qui ont installé un écran dans leur chambre ont vu leur IMC (Indice de masse corporelle) augmenter d’un demi point en deux ans et de 0,75 point en quatre ans par rapport à ceux qui en étaient épargnés.

Les troubles du sommeil engendrent un surpoids

Les chercheurs notent toutefois que le temps passé devant l’écran n’influerait pas sur cette prise de poids. En cause : le sommeil, perturbé par la télé, mais aussi par l’utilisation des tablettes et des smartphones, de plus en plus accessibles aux plus jeunes. Or, on sait que le sommeil a un impact direct sur la prise de poids, quel que soit l’âge. Autre élément déclencheur, les publicités alimentaires dont ils sont les cibles privilégiées, qui vantent bien souvent la consommation de produits riches en calories.

En 2007, des chercheurs américains avaient publié les 7 règles d’or pour lutter contre l’obésité infantile. Dans ce pays où l’obésité est un problème sanitaire porté par la Première dame Michelle Obama, 8 % des enfants âgés de 2 à 5 ans sont obèses (chiffre en diminution). En France, en 2012, l’obésité et le surpoids concernaient respectivement 3,5 % et 4,5 % des enfants, selon l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes). Un enjeu de taille, alors que chaque année, l’obésité tuerait dans le monde plus de 3 millions de personnes victimes de diabète, hypertension artérielle et autres pathologies liées au surpoids. La malnutrition, elle, ne ferait « que », un million de morts.

Articles en rapport

 

Pour lutter contre l’obésité, se focaliser sur la restriction alimentaire est une stratégie qui a ses limites. Une étude récente prouve que, pour les enfants, c’est tout le mode de vie qu’il faut revoir.

L’étude est parue le 9 septembre 2013 dans la revue Jama Pediatrics (en anglais). Les chercheurs ont suivi 121 familles qui avaient des enfants âgés de 2 à 5 ans présentant un surpoids important ou une obésité, et qui avaient tous une télévision dans leur chambre.

Ces familles ont été séparées en deux groupes. Dans l’un, aucun changement dans les habitudes n’était demandé. Dans l’autre, plutôt que de donner des consignes alimentaires strictes, c’est plutôt sur le mode de vie que les indications ont porté : pendant six mois, il s’agissait pour les enfants participants de prendre des repas en famille, de limiter le temps passé devant la télévision et de dormir davantage.

Les résultats de l’étude sont frappants : les enfants qui limitaient à une heure le temps passé devant la télévision, qui prenaient un repas en famille et qui dormaient une demi-heure de plus voyaient leur surpoids réduit de 20 %.

Même si l’étude n’apprend finalement rien d’inédit – on connaît depuis longtemps le lien entre le temps passé devant la télévision et le surpoids chez l’enfant – ces chiffres encouragent à travailler dans le sens d’une approche globale du surpoids.

 

Articles en rapport

Des stratégies simples à mettre en place au quotidien permettraient de lutter contre l’obésité des enfants comme le montre une étude parue en ligne, le 9 septembre, dans la revue JAMA Pediatrics.

Pour ces recherches, des chercheurs américains et canadiens sont intervenus au sein de foyers pour aider les enfants à perdre du poids, en réduisant leur temps passé devant la télévision, en augmentant leurs heures de sommeil et en encourageant les familles à dîner ensemble, selon un article de LiveScience.

Alors que l’obésité infantile se développe dans de nombreux pays du monde, les Américains sont les plus touchés avec 17% d’enfants obèses, surtout parmi les minorités et les familles les moins riches.

Une solution est mise en avant : un changement global de style de vie, comme l’a noté Aaron Carroll, un expert des questions d’obésité, qui a rédigé un éditorial à ce sujet pour LiveScience.

« Plutôt que de se concentrer sur un changement spécifique d’alimentation ou de rythme sportif, un foyer plus sain pourrait être une meilleure manière pour non seulement améliorer le poids, mais aussi la santé physique et mentale des sujets », a noté le chercheur dans son éditorial.

Pour leur étude, des chercheurs de la Harvard Medical School aux Etats-Unis et de l’Université de Guelph au Canada ont recruté 121 familles avec des enfants en surpoids. Ils les ont suivi durant six mois. Une moité des familles n’a pas subi d’intervention des chercheurs.

Avant l’étude, tous les enfants des familles étudiées avaient une télévision dans leur chambre.

Les chercheurs sont intervenus auprès de l’autre moitié des familles, les conseillant au sein du foyer sur leurs habitudes quotidiennes. Ils ont encouragé les enfants à dormir une demi-heure de plus par jour et à réduire leur temps passé devant la télévision à une heure par jour. Au terme des six mois, ces enfants ont perdu en moyenne 20% de leur indice de masse corporel (IMC) alors que les enfants du groupe témoin ont augmenté le leur de 20%.

 

Articles en rapport