traduction du site en :

Evénements

Juillet  2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
   
  1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31  

Lorsque l’envie de changer de comportement est présente , qu’il s’agisse d’apprendre à manger différemment ,d’apprendre à se mettre des limites , d’introduire des nouvelles règles de vie , il est important de se poser quelques questions:

  • Le désir de changer vient-il de moi ou des autres ?
  • Pourquoi veut-on changer ? quelle est la raison profonde qui me motive ?
  • Changer implique des efforts. Suis – je prêt(e) à consacrer du temps et de l’énergie à ce changement ?

Il existe deux éléments importants dans la motivation de changer de comportement:

Il s’agit de l’importance qu’on accorde à ce changement et de la confiance qu’on a d’y parvenir…..

André Gide disait: » Il y a d’admirables possibilités dans chaque être. Persuade toi de ta force et de ta jeunesse. Sache te redire sans cesse: Il ne tient qu’à toi »…..

Articles en rapport

  • Pas d'article en relation

7 réponses à Changer de comportement pour changer sa vie….

  • spegagne dit :

    sujet de réflexion
    « aurais-je honte de manger, si cela ne se voyait pas sur mon corps ? »

  • spegagne dit :

    à Chinon, nous avons décidé de nous rencontrer tous les 1er vendredi de chaque mois à 19heures ; nous évoquons une amicale des échanges ou vente de produtis frais légumes fruits, viandes, des échanges ou vente de vêtements, vente ou échange de jouets enfants, de mini brocante, de longue conversation autour d’une assiette remplie, de la préparation d’un voyage ensemble à petits prix etc… ; si vous copains et copines de Béziers passez dans la région ces vendredis là, nous pouvons vous accueillir. contactez-nous sur « renaitrons@sfr.fr » ou sur le site de Rosa. Positivez c’est tout gagnant. Annick de TOURS

  • Lawrence dit :

    « Aurais-je honte de manger, si cela ne se voyait pas sur mon corps ? »
    Personnellement, je n’ai pas honte de manger ! C’est plutôt le sentiment de ne pas contrôler (dans le cadre de l’hyperphagie) qui génère, non pas un sentiment de honte, mais un sentiment d’échec !
    Mais effectivement, je pense que ce sentiment serait amoindri si cela ne faisait pas grossir.
    Il y a bien la solution de se faire vomir, j’y ai pensé plusieurs fois mais comme je tiens à ma santé ….
    Et c’est justement la santé et l’apparence physique qui me motivent.

  • spegagne dit :

    Alors
    Comment essayer d’éradiquer ce sentiment d’échec ? prendre 2 chaises s’asseoir sur une, dire et s’adresser à la chaise d’en face en expliquant son désolement. « je n’arrive pas à canaliser un quantitatif alimentaire, j’suis nulle, comment je pourrais faire, et puis on s’assoit sur l’autre chaise d’en face et jeu de rôle on se répond, et là, à ce moment il se dit des choses, de la bouche de la personne qui tient le jeu de rôle, qui peuvent être susceptibles d’apporter une piste de mieux. Pour ma part, lors de ce jeu, je m’engueule, je sévis, je pénalise, et je synthétise ; j’ai fait ça pendant quelque temps, et maintenant j’ai franchi une nouvelle frontière, soit je me donne le moyen de manger devant les autres tranquillement sans permettre que l’on me juge car avec les efforts que je fais, je peux me permettre de manger une douceur TRANQUILLEMENT SEREINEMENT, sans culpabiliser. Bien à vous

  • spegagne dit :

    Bonjour Lawrence,
    Il serait bénéfique que tu travailles sur la « confiance en soi », ainsi que (peut être) la « gestion du stress ». Ces 2 facteurs, c’est 2 états, font découler (souvent, très souvent), ce besoin de s’alimenter qui s’accompagne du non déclenchement de satiété, et donc de l’impossibilité de contrôler le quantitif, qui va être vécu comme un échec et donc une souffrance. A bientôt. Annick TOURS

  • sylvia dit :

    bonjour
    effectivement il est tres dur et culpabilisant de « perdre le controle de soi face à la nourriture à l’heure actuelle je n’ai trouvé aucune « méthode » pour vaincre (oui oui dure à entendre mais la réalité) l’hyperphagie…. et notre image nous renvoie sans cesse notre faiblesse!!!! ces prises et perte de poids ne font qu’ accentuer le manque de confiance en soi..
    si vous avez des solutions ou sugggestions je suis preneuse….bonne journée a toutes

  • annick dit :

    Il n’y a pas de solutions « miracles » ; par contre, il y a des directives de mieux êtres qui demandent un long travail de désapprentissage du conditionnement du « besoin++++++++ » qui a pour effet de chercher la prise de nourriture voire d’imposer diaboliquement cet « enfournage » qui nous détruit psychologiquement, désapprentissage donc, ayant pour but de tenter de se refaire un nouvel apprentissage d’habitudes plus calquées à notre souhait. Pour cela, il faut commencer par repérer, tenter tout au moins (c’est difficile, mais pas infaisable) les évènements, moments, heures, conditions (fatigue, déception, fin de journée, surcharge de travail etc, etc…)qui ont déclencher le « besoin » de s’alimenter en dehors du besoin alimentaire « vital ». Il ne faut pas hésiter à écrire afin de « tracifier » les conditions déclenchantes, et au fur et à mesure, la répétition des conditions « déclencheurs » peuvent faire surface et c’est là ou il faut travailler la mémoire, c’est là ou il faut repartir avec son sac d’écolier afin de reprendre un apprentissage plus conforme à nos besoins physiologiques. Bien sûr facile à dire tout ça, c’est un travail de longue haleine, mais qui a son aboutissement sur un mieux être, à condition de rester sur une demande raisonnable, de se faire confiance, d’essayer d’évacuer son stress, …
    Un encodage du ressentit est pour moi la seule solution de « descendre » nos démons.
    Il ne faut jamais perdre de vue, que l’hyperphagie est une manifestation démoniaque psychologique conflictuelle, qui a ses antidotes, soit casser l’apprentissage, son apprentissage, donc le repérer, et le reconstruire. Un travail de groupe apparaît être LA solution.
    Mes écrits sont faciles, beaucoup plus durs à mettre en place, et se sera toujours une lutte, mais qui peut vraiment être minorée, et qui fera découler du répis psychologique, soit de la SERENITE.
    Bon courage, gardons confiance.
    Annick

Laisser un commentaire